« Et la lumière fut ». C’est comme ça qu’un matin, face à votre garde-robe constituée pour sa plus grande part de pulls marrons qui grattent et de pantalons voilier Décathlon™, vous décidez de prendre votre habillement en main. Un peu comme pour la nutrition, c’est sur cette bonne résolution que vous vous rendez compte […]

¹ Lecture : 28 min. - Par Shruikan, le 11 octobre 2012 - 14 réponses

« Et la lumière fut ».

C’est comme ça qu’un matin, face à votre garde-robe constituée pour sa plus grande part de pulls marrons qui grattent et de pantalons voilier Décathlon™, vous décidez de prendre votre habillement en main. Un peu comme pour la nutrition, c’est sur cette bonne résolution que vous vous rendez compte qu’il y a beaucoup trop de travail et que vous ne savez pas tout à fait par où commencer. Résultat des courses, vous allumez la PlayStation et noyez votre motivation dans un bon Call of Duty.

Pour les plus pugnaces d’entre vous, vous allez faire l’erreur qu’on a tous faite, consistant à croire que Bibi est suffisamment grand pour avoir bon goût et tirer parti de sa débrouillardise pour dégoter les vêtements qui accrocheront le regard pour le prix d’un menu Big Mac. C’est ainsi qu’après deux ans d’achats en demi-teinte, vous finirez par additionner le prix de vos chemises trop grandes et des cachemires de veillards qui hantent votre armoire pour vous rendre compte que plusieurs grosses centaines d’euros vous sont passées sous le nez, quand il ne s’agit pas carrément de milliers. Se tromper, ça coûte cher.

Après une intro aussi flamboyante, je serais presque tenté de vous vendre un pack relooking au prix exceptionnel de 2000€ pendant 48h comme le préconisent certains blogs de marketing, mais je vous avoue que ce n’est pas vraiment le genre de la maison. Au lieu de ça, on a préféré écrire ce dossier sur les pièces qu’on vous ferait acheter de force si on en avait la possibilité, avec en prime tous les critères pour pouvoir faire le tri tranquillement une fois en session boutique.

En effet, en mode masculine, il existe des pièces qu’on appelle des « indispensables ». Ce sont des indémodables quasi-absolus : faciles à porter, faciles à combiner et dont les codes sont maîtrisables par un débutant sans craindre le cassage de gueule. Des pièces mal nommées « basiques » par la plupart des grosses chaînes de magasins, car les combinaisons de looks qu’elles proposent peuvent être accusées de tout sauf d’être fades. Du coup, le risque le plus important que vous prendrez en lisant cet article et en l’appliquant aussitôt, c’est d’avoir un charme fou sans pour autant diluer votre personnalité ni vos économies dans des pièces informes et banales à en pleurer. Elle est pas belle, la vie ?

Remarques préalables :

① Les looks à construire avec ces pièces ne peuvent que constituer une base pour la construction de votre bon goût personnel et non un modèle à suivre dans l’absolu.

② Le style global présenté s’adresse à un homme entre 20 et 35 ans habitant la grande ville. Adaptez-le si votre situation est différente. Comme l’ont très bien expliqué certains blogs de mode et personnes confrontées à cette situation, on ne s’habille pas tout à fait pareil en province, ni à l’étranger, ni quand on est au lycée, ni quand, ni quand, ni quand…

③ L’ensemble des pièces a été choisi pour permettre des combinaisons adaptables à toutes les situations (climat, activité, ambiance, milieu social, pression de l’air, force magnétostatique, etc)

④ La dominante de couleurs (gris, bleu, marron) n’est présente qu’à titre d’exemple et se doit d’être adaptée selon vos goûts et votre carnation.

⑤ Certains vêtements sont à posséder en plus grand nombre que celui indiqué : tee-shirts, chemises, et éventuellement les pulls.

⑥ Pensez à mettre le prix sur certaines pièces. A défaut du bon Dieu, c’est le temps qui vous le rendra.

Téléchargez la version PDF exportable des indispensables

Choisir sa veste, manteau et cuir

Pièce maîtresse et investissement souvent conséquent, les vestes, manteaux et autres cuirs ne sont pas des achats à prendre à la légère. Laissez donc tomber la veste technique ou la fausse doudoune Adidas trop large et habillez-vous comme les grands. Une seule de ces pièces bien choisie, et vous aurez l’impression d’enfiler une armure XOS-2.

Les vestes, manteau et cuir à posséder sur ses cintres

Une veste s(o)mbre, pour le travail, les réceptions ou intégrée à un look pour le rendre chic et puissant. Il faudra y mettre le prix ou avoir l’œil : les couleurs sombres ne pardonnent pas le manque de qualité.

Une veste décontractée, préférentiellement grise ou colorée. Elle vous servira pour un look habillé/décontracté, ou quand le port de votre veste noire est trop risqué voire trop formel (la soirée mondaine alcoolisée fait partie de ces situations à risques).

Un beau cuir, de style propre ou grunge, ça sera selon le style que vous souhaitez vous donner. Un beau cuir coûte cher, mais vous ne regretterez JAMAIS l’investissement s’il est bien choisi. C’est l’un des rares vêtements dont la nature même vous rendra viril sans forcément vous donner l’air d’un bûcheron qui carbure à la vodka.

Une veste en jean, un cuir synthétique ou un manteau en matière technique/déperlante : Shruikan en avait parlé dans un de ses précédents articles. Probablement une des plus utiles, cette pièce vous permettra de sortir l’été, en festival ou pendant une grosse soirée sans risquer de massacrer votre vêtement à l’éthanol, à la cigarette. Elle doit être facile à laver, peu chère, et son vol ne doit pas vous faire chier plus que ça. Histoire de multiplier les looks et si vous sortez beaucoup, vous pouvez posséder une pièce dans chacune des matières citées.

Un manteau, caban ou trench : LA pièce d’affirmation sur laquelle vous ne devez pas vous louper (investissez !). Je conseille le manteau long pour les grandes perches et le caban pour les plus petits d’entre vous. Ne négligez jamais ce manteau, il concilie à la fois des impératifs de chaleur en période hivernale et peut vous donner un certain statut social en apparence.

Comment choisir vos cuirs, manteaux et vestes en magasin ?

A votre taille : ne le prenez pas trop grand « car vous porterez quelque chose en dessous ». Essayez toujours la taille en dessous, car ces vêtements se portent aussi près du corps. Pour les cuirs, prenez très fitté (serré), car comme pour les jeans, la détente peut-être importante, particulièrement aux épaules.

Les épaules sur les épaules : la couture du vêtement tombe parfaitement sur la cassure de vos épaules. Ne transigez pas sur ce critère, ou pas au-dessus d’un demi-centimètre.

Tous les boutons se ferment : il faut sentir une légère pression sur les boutons, mais attention au pli de compression. Pareil pour la fermeture éclair (à éviter au maximum pour les manteaux, au profit de vrais boutons). Prenez une veste à 2 boutons, c’est le compromis parfait. Un bouton si vous le sentez vraiment, mais jamais trois. Vous n’avez pas l’âge de ce genre de choses.

Le dos tombe parfaitement : essayez d’avoir un beau dos en V de nageur. Le vêtement fermé n’a pas de pli par derrière.

Le cintrage solide : le cintrage se dessine sur le cintre et reste franc sur votre corps (sans vous mouler).

Les manches ni trop courtes ni trop longues. Idéalement, le tissu se termine au poignet, mais des retouches sont possibles (et souvent nécessaires pour les longs bras). Vous perdez beaucoup en charisme avec des mains recouvertes par votre manche.

Les bras et les aisselles ne flottent pas. On ne vous demande pas de mouler vos bras d’asperge, mais de ne pas ressembler à un parachute avec ce tissu qui s’accumule au-dessus de vos biceps Weight Watchers.

Les extrémités sont franches : si vous pensez qu’il y a des chances pour que le tissu finisse par rebiquer, s’arrondir ou déteindre à ses bouts, c’est très mauvais signe. Vérifier la rigidité du col et de la chute.

La longueur : traditionnellement, un blouson s’arrête à la taille (limite : ceinture), une veste casual en dessous de la ceinture (limite : mi-fesses), une veste de costume mi-fesses (limite : fesse entière) et un manteau à mi-cuisse (limite : genoux).

La qualité des matières / du cuir : un bon cuir est souple, fin et homogène. En passant du bout du doigt, le cuir doit coller légèrement. Pour les manteaux, la laine doit prendre la lumière et être agréable au toucher.

Petit jeu pour s’entraîner

Trouvez la bonne veste (de costume) dans cette selection. Justifiez votre choix dans les commentaires

Où acheter vos vestes, cuir et manteaux ?

De bonnes surprises dans à peu près toutes les marques, mais aussi beaucoup de grosses daubes…

Pas cher : Zara, Asos, COS
Modéré : Melinda Gloss, APC, Acné, CNC, Paul & Joe, Raf Simons, Marc Jacobs, Our Legacy, Surface to Air, Bill Tornade
Luxe : Rick Owens, Jill Sander, Marc Jacobs, Balenciaga, Dior, Givenchy, Wooyounmi, Viviene Westwood, Neil Barret, Maison Kitsune, Margelia, Lanvin, C.P Company, Burberry Prosum

Choisir ses chemises

Qu’un lycéen trouve le port d’une chemise impressionnante, c’est compréhensible, mais une fois passé la vingtaine vous n’avez plus d’excuse pour ne pas enfiler ce qui est à mon sens une pièce d’affirmation et de maturité. Alors bien sûr les kékés de boite de nuit et les employés de la Défense en portent aussi, mais sûrement pas celles que nous allons vous conseiller dans cet article :

Les chemises à posséder sur ses cintres

Une chemise blanche de qualité : adaptable pour une soirée comme au boulot. Faites attention à la transparence du blanc.

Deux chemises de couleur unies : l’inénérrable chemise bleu clair et une chemise grise dans mon cas (mais à adapter selon votre carnation).

Une chemise à motifs : je ne parle pas des chemises hawaïennes de Denis Nedris, mais de fines rayures, pois ou motifs fins. Rupture subtile avec le formalisme.

Une chemise à carreaux : festivals, soirée entre potes ou date habillé/décontracté, la chemise à carreaux est le parfait compromis entre deux états d’esprit. À porter avec parcimonie toutefois, au risque de finir pastiche d’un baby-boomer de chez Canal+.

C’est le minimum, l’idéal est de posséder une petite pile de ces chemises bien coupées.

Comment choisir vos chemises en magasin

La taille d’une chemise est traditionnellement calculée sur la base de votre tour de cou. Je préfère néanmoins que vous vous « passiez le col autour du cou » (comprendre que ce soit légèrement trop serré) plutôt que de vous voir flottant dans une chemise trop grande. Vous vérifiez donc sur votre chemise que :

Le col est rigide et sobre : sur les chemises classiques, évitez les cols mous qui souvent repiquent au premier lavage. Dans un bon col, il y a une baleine qui permet au col de tenir droit. Fuyez les cols trop grands qui rapetissent votre tête et vous donnent l’air d’être un narcotrafiquant costaricain.

Les épaules sur les épaules : la couture tombe parfaitement sur la cassure de vos épaules. Ne transigez pas d’un millimètre (ou très peu) sur ce critère

Le tissu caresse tous les endroits qu’il recouvre : sur vos pectoraux c’est une seconde peau, sur vos hanches il n y a pas d’espace en trop et sur votre dos le tissu tombe droit et ne fait pas des vagues.

Les manches ni trop courtes ni trop longues. Idéalement le tissu se termine au poignet, mais des retouches sont possibles à condition que…

Les bras et les aisselles ne flottent pas. On ne vous demande pas de mouler vos bras d’asperge, mais de ne pas ressembler à un parachute avec ce tissu qui s’accumule au-dessus de vos biceps Weight Watchers. Ah, ça, vous l’avez déjà lu quelque part ?

Tous les boutons se ferment : il faut sentir une légère pression sur les boutons, mais surtout pas de pli de compression. Si vous avez le cou serré, ce n’est pas grave (mais si la chemise vous va parfaitement, vous ne devriez pas avoir le problème).

La longueur de la chemise se calibre selon votre utilisation. Une chemise longue est formelle et se met obligatoirement dans le pantalon. Si vous sortez la chemise de son pantalon, choisissez une chemise courte (recouvre tout juste la ceinture), d’apparence plus décontractée.

Pas de poches : sauf pour la chemise à carreaux ou dans des environnements fortement techniques (boîte d’ingénieurs, travail au Japon). Et même dans ces cas-là, un cintrage parfait.

Pas de fantaisie bling-bling : manchette à 8 boutons, col large, triple col, boutons fantaisie ou coutures de couleurs … c’est la spécialité des chemises Xoos et c’est à brûler dans un grand audotafé (on peut vous organiser ça avec des tarifs de groupe préférentiels).

Petit jeu pour s’entraîner

Trouvez la bonne chemise dans cette sélection. Justifiez votre choix dans les commentaires

Où les acheter ?

Les chemises sont de mieux en mieux coupées dans les grandes enseignes, mais je vous conseille de fuir H&M, Jules, Celio, C&A et les vendeurs de chemises italiennes discount du Marais. Il faut bien que se ravitaillent quelque part les quarantenaires bedonnants détruits par une vie de salariat et de sédentarité…

Pas cher : Zara, Asos, TM Lewin, COS, Avant-Première, Monoprix
Modéré : Melinda Gloss, APC, Commune de Paris, CNC, Paul & Joe, Raf Simons, Marc Jacobs, Our Legacy, Acne, Surmon31
Luxe : Rick Owens, Jill Sander, Marc Jacobs, Balenciaga, Dior, Givenchy, Wooyounmi, Viviene westwood, Neil Barret, Maison Kitsune, Margelia, Lanvin, C.P Company, Burberry Prorsum

Choisir ses pulls et hoodies

Le pull est pièce facile à maîtriser et les grosses erreurs sont assez rares (sauf si bien sûr c’est votre mamie qui les tricote). Le problème va résider dans la durabilité de ceux-ci : boulochage, couleur terne et silhouette déformée par le lavage ou le port intensif. Ce sont des horreurs que l’on remarque plus facilement que vous ne le pensez.

Les pulls que vous devez avoir sur vos cintres

Deux pull classiques : essayez de les prendre d’une couleur permettant de jolis camaïeux sur vos chemises. Pensez que vous pouvez aussi les porter à même le corps, en été par exemple (matière belle et douce exigée).

Un cardigan : à porter avec une chemise ou un tee-shirt échancré.

Une grosse laine : à prendre de qualité, c’est une pièce qui plait beaucoup aux femmes (pièce virile et douce à la fois).

Un hoodie : gris de préférence, c’est une pièce qui se porte avec tout sans être forcément connoté street-wear.

Un col roulé : pièce très difficile à maitriser, mais qui peut faire décoller vos points de charisme.

Comment choisir vos pulls en magasin

Oubliez les pulls Tintin que vous portiez à vos 7 ans : un bon pull est sobre et près du corps. La qualité sera un critère plus important aussi bien sur les grosses laines que sur les fines, pour lesquelles vous trouverez en PAP des pulls qui feront largement l’affaire (qualité ou non, la durée de vie d’un pull est de toute façon plus courte que celle d’autres vêtements). Les recommendations suivantes risquent de vous barber, mais croyez-moi sur parole, ce n’est pas par souci de rentabiliser mon temps mais plutôt pour que ça rentre vite et bien dans la tête.
Oubliez les pulls Tintin que vous portiez à vos 7 ans : un bon pull est sobre et près du corps. La qualité sera un critère plus important aussi bien sur les grosses laines que sur les fines, pour lesquelles vous trouverez en PAP des pulls qui feront largement l’affaire (qualité ou non, la durée de vie d’un pull est de toute façon plus courte que celle d’autres vêtements). Les recommendations suivantes risquent de vous barber, mais croyez-moi sur parole, ce n’est pas par souci de rentabiliser mon temps mais plutôt pour que

– Le col : j’ai une préférence pour les cols ronds profonds mais ils sont assez rares. Évitez les cols ronds trop près du cou ou les v trop profonds. Un bon col n’est pas flasque.

– Les épaules sur les épaules : la couture est parfaitement sur la cassure de vos épaules. Ne transigez pas, encore une fois.

– Le tissu caresse tous les endroits qu’il recouvre : sur vos pectoraux c’est une seconde peau, sur vos hanches il n y a pas d’espace en trop et sur votre dos le tissu tombe droit et ne fait pas des vagues.

– Les manches ni trop courtes ni trop longues. Idéalement le tissu se termine au-dessous du poignet.

– Les bras et les aisselles ne flottent pas.

– Souplesse et qualité de laine ou coton. Un pull c’est doux et souple et ça ne ressemble pas un vieux paillasson qui gratte. Les couleurs sont vivantes, la laine prend bien la lumière et ne bouloche pas (même si ça reste quelque chose de normal).

Petit jeu pour s’entraîner

Trouvez les deux bons pulls dans cette selection. Justifiez votre choix dans les commentaires

Où acheter vos pull ?

La plupart des pulls dans les PAP sont de mauvaises qualités, mais il existe quelques perles à découvrir (et même parfois dans le semi-synthétique). Exercez votre œil :

Pas cher : H#038;M, Zara, ASOS, GAP, COS, Monoprix

Modéré : Melinda Gloss, APC

Luxe : Kitsuné

Choisir ses tee-shirts

Un beau tee-shirt est sobre et à votre taille. Une règle simple, mais qui semble avoir du mal à être comprise par la rue : voile de bateau, tissu ultramoulant, couleurs fluo, motifs sans âme, marque géante ou empiècement de mauvaise qualité, nos trottoirs sont un vrai casting pour le cirque Pinzer. Certains paient même très cher des vêtements qui les rangent dans la catégorie des gros beaufs à la vitesse de la lumière.

Les tee-shirts que vous devez avoir sur vos cintres

– Quelques tee-shirts basiques : blanc, gris, éventuellement des couleurs comme bleu ou sable.

– Quelques tee-shirts graphiques : peut servir d’élément pour ouvrir une conversation si le motif est bien choisi.

– Un tank top (débardeur) : ultrasobre, près du corps et sans aucun texte ou dessin. Son échancrure conviendra parfaitement sous une chemise ouverte (ou avec un ou deux boutons fermés). Des créateurs comme Damir Doma ou Rick Owens ont fait perdre à cette pièce l’aspect «kéké mécano» qu’elle a pu avoir par le passé.

– Un polo : à porter pour vos après-midi tractage UMP, tennis et brunch… comment ça non ? Une pièce plus habillée qu’un tee-shirt qui s’adapte à pas mal de situations. Difficile de trouver des pièces totalement élégantes par contre.

Comment choisir ses tee-shirts

– Le col : j’ai une préférence pour les cols ronds profonds mais ils sont assez rares. Évitez les cols ronds trop près du cou ou les v trop profonds. Un bon col n’est pas flasque.

– Les épaules sur les épaules : la couture est parfaitement sur la cassure de vos épaules. Ne transigez pas.

– Le tissu caresse tous les endroits qu’il recouvre : sur vos pectoraux c’est une seconde peau, sur vos hanches vous ne passez pas plus d’un poing et sur votre dos le tissu ne donne pas l’impression d’être une voile de bateau. Fuyez le moulant par contre.

– La question des motifs : Pourriez-vous vous faire tatouer le dessin qu’il y a sur votre tee-shirt ? Posez-vous cette question, ça vous évitera d’arborer des motifs sans aucun sens, des groupes d’adolescentes, des femmes à poil, des messages morts de faim ou des marques géantes pour hommes pingouins. Pensez cool : qu’est-ce vous essayez de communiquer ? N’en faites-vous pas trop ?

Petit jeu pour s’entraîner

Trouvez le bon tee-shirt dans cette selection. Justifiez votre choix dans les commentaires

Où les acheter vos tee-shirts

Des bons tee-shirts vous en avez un peu partout, il suffit d’avoir un peu de discernement.

Personnellement mes tee-shirts viennent de Sixpack, Fredhiv, American Apparel, Eleven, Uniqlo et H#038;M. Quelques perles à trouver sur le net dans les créations amateurs. Allez jeter un oeil du côté de quelques bonnes marques comme Passarella Death Squad.

Choisir ses pantalons et jeans

Si vous ne vous êtes jamais intéressé à la mode avant de lire cet article, par pitié jetez vos pantalons ou ne les utilisez que pour repeindre votre piaule. Le pantalon est l’erreur habituelle des débutants et ça peut vous coûter cher en termes de silhouette et de rendu de la tenue.

Les pantalons que vous devez avoir dans votre placard

– Un jean indigo brut : aucun délavage, aucun effet de couleur, ce jean va être le témoin de votre vie et ce sont les années qui lui donneront son style.

– Un jean noir brut (d’une autre coupe) : comme pour l’indigo sauf que son lent passage vers le gris offre de nouvelles combinaisons stylistiques. Pour se diversifier et si vous êtes sûr de vous, vous pouvez optez pour une coupe slim, bootcut ou carrot.

– Un pantalon en laine gris : thermiquement, ça s’adapte à toutes les saisons et la fluidité du textile pendant la marche est inégalable.

– Un pantalon beige foncé : faites très attention à cette pièce, 99% de ce qui est en vente de vaut pas un clou. Vous avez quasi systématiquement une couleur trop claire (effet pantalon blanc), une coupe American Daddy ou un tissu cheap qui plisse comme un torchon.

Comment choisir vos pantalons et jeans en magasin

Les pantalons offrent une grande diversité de coupes et il me sera donc difficile de poser sur le papier des règles précises. N’utilisez quand même pas cette excuse pour acheter un pantalon mal coupé car « original », vous devez d’abord connaître les canons du milieu avant de vous y frotter.

– Taille : choisir un pantalon à sa taille n’est pas difficile, mais c’est souvent là que tout le monde se rate. Pour « être à l’aise », la majorité des hommes le prend trop grand et se prive dès lors d’une silhouette réussie. Un nouveau pantalon serre car il se détendra, même pour les tissus rigides. Pour le jean brut, un mois de port lui fait souvent gagner 1 à 2 tailles. Le jean est donc à prendre très serré, dans le genre « vous ne pouvez même pas fermer le bouton ». Rassurez-vous, en quelques heures de port intensif, c’est un jean parfaitement fitté que vous aurez.

– Homogène : fuyez les délavages artificiels. Votre pièce est d’une couleur franche et homogène.

– Coutures : des coutures droites et lisses sont un très bon indicateur de qualité.

– Forme des fesses : vous n’avez certes pas vos habitudes au Bears Den mais les fesses et quelque chose que les filles et les amateurs de beaux vêtements remarquent. Préférentiellement le pantalon serre et vous fait de belles petites fesses rebondies, mais vous pouvez aussi opter pour une coupe plus relâchée. Dans ce cas comme dans l’autre, jetez un œil aux poches et aux plis du tissu, il ne faudrait pas que de derrière on ait l’impression que vous avez quelques problèmes d’incontinence.

– Poche latérale droite rigide : de bonnes poches ne ressemblent pas à des oreilles de Dumbo sorties de vos hanches ou à une protubérance molle le long de vos cuisses.

– Cassure au pied : un beau pantalon tombe bien. Souvent une retouche est nécessaire, mais même avant cela regardez si le tissu a une jolie chute ou s’il plisse grossièrement. Au niveau de sa largeur, je conseille une ouverture à 19.5cm, un parfait compromis entre le slim et le pantalon à papa.

– Pas de froufrou : pas de déchirure, de délavage, de fermeture éclair ou d’empiècement de ce genre.

Petit jeu pour s’entraîner

Trouvez les deux bons jeans dans cette sélection. Justifiez votre choix dans les commentaires

Où acheter vos pantalons et jeans ?

On peut trouver de bon pantalon un peu partout mais plus l’enseigne est cheap plus elle vous tendra de pièges (coupe infâme, tissu fragile, etc). Pour le jean, je vous conseille d’y mettre le prix, c’est un investissement que vous ne regretterez pas sur le temps (mon APC à bientôt 4 ans et sa coupe est encore nickel).

Pas cher : Zara, Asos, Uniqlo…

Modéré : Acne, Melinda Gloss, APC, Acné, Edwin, Naked and Famous, Wrangler, Nudie

Luxe : Renhsen, Rick Owens (DRKSHDW), Dior, Givenchy, Nom de Guerre

Choisir ses chaussures et sneakers

« La première chose que je regarde chez un homme ce sont ses pieds ». C’est ici une femme qui le dit mais c’est aussi le cas dans bon nombre de professions. Les pieds ça se remarque, non pas parce que les gens dans la rue ont la tête, mais parce que de belles pompes dégagent une aura. Si vous saviez combien d’hommes m’ont déçu tout en ayant un bon look, mais en chaussant des Feiyue…

Quelles chaussures et sneakers avoir dans sa penderie ?

– Une paire de derbies noirs : pour les grandes occasions et les entretiens importants. Doit pouvoir être portée avec un costume pour plus de polyvalence.

– Une paire habillée/décontractée : de type Richelieu, Derbies ou Desert boots. Préférentiellement ronde, colorée avec une matière plus légère comme le suède/nubuck. Redoutable en terme de look. A ne pas amener en soirée alcoolisée.

– Deux paires de baskets de créateurs : en essayant de varier les styles (haute, basse) et les couleurs (blanc, gris, sable, bleu, etc.). Elles ne sont pas faites pour faire du sport, mais pour associer décontraction et style. Fuyez donc les paires techniques.

– Une paire à salir. Soit elle se lave facilement, soit elle est solide et a pour vocation de rester trash.

Comment choisir ses chaussures et sneakers en magasin ?

Le plus important est à mon avis d’avoir du goût. Le cheap en a rarement, ça aide (même quand des enseignes du PAP copient des grandes marques, elles prennent toujours soin de rajouter des détails moches). Néanmoins, les créateurs ne sont pas exsangues de gaffe et il y a quelques erreurs à éviter :

– La taille : c’est plus important qu’on ne le croit pour les chaussures. Une chaussure un peu trop grande ou trop petite aura tendance à s’user plus rapidement. Faites attention à la hauteur et la largeur de la chaussure si vous êtes de petite taille.

– L’usure : un cuir lisse et uniforme qui marque peu de plis. Faites quelques mouvements de hauts en bas avec votre pied et observez si le pli se marque.

– Les coutures : préférer des semelles cousues que collées (dans la plupart des cas, la couture se voit facilement à l’extérieur). Vérifiez que la couture est propre et régulière, c’est un indicateur fiable de qualité.

– La plus sobre possible : les marques cheap ont ce don de surcharger leurs modèles avec des scratchs, des bandes, du cuir brillant, des boucles, des rayures sur la semelle ou des surpiqûres, un peu à la manière des élèves qui baratinent parce qu’ils n’ont rien à dire dans leur disserte. Pensez qualité et minimalisme.

Où acheter vos chaussures

Tout le monde ne fait pas de bonne chaussures. Dans les PAP tout est à jeter (si Zara s’en sort parfois sur le style, la qualité est toujours médiocre).

Pas cher: Bexley, Nike, Doc Martens

Modéré : National Standard, All Saints (parfois), Opening Ceremony, Loding, Wing+Horns

Luxe : Pierre Hardy, Common Project, Heschung, Rick Owens, Jean-Baptiste Rautureau, Weston, Ceremony, Church’s, Hardrige, Jimmy Choo, Margelia, Balenciaga, Dior, Raf Simons, Neil Barrett, etc.

Choisir ses accessoires

Une tenue sans accessoires, c’est comme un gâteau sans sa cerise. Un accessoire peut relever une tenue fade et lui donner de l’impact. Du coup certains en abusent. Je conseille de ne jamais excéder les 3 accessoires visibles.

Les accessoires indispensables dans vos tiroirs

– Caleçons et chaussettes noires : inutile de mettre de l’argent ou de l’originalité dans les sous-vêtements. Vous devez par contre ne pas oublier le style : un caleçon, ça a une taille et ça se respecte (si on voit vos couilles, c’est que c’est trop grand), pas de dessins Mickey, pas de marque en gros, pas de couleur fade et délavée, pas de coton bouloché ou de grosses traces de sale. Les chaussettes blanches ne sont à réserver qu’au sport.

– Ceintures : Essayez d’accorder vos ceintures avec chacune des couleurs de vos chaussures. Préférez-la lisse, mais les ceintures en suède, tressées ou en coton sont aussi du plus bel effet quand elles ont du charme.

– Gants : en laine ou en cuir. Prenez les fins, sobres et serrés, rien de pire qu’une main qui flotte dans son gant. Certains gants de snowboard très fins et sobres donnent aussi un petit côté sportif pas toujours de trop.

– Foulard ou écharpes : douce, en faisant très attention à votre carnation. Essayez de faire ressortir vos yeux. Bien choisie, faites attention : les filles ont une tendance fâcheuse à vous la piquer. Cachemire, soie dans certaines circonstances, peuvent faire partie de la panoplie.

– Cravate : la prendre slim et d’une couleur unie. Tranchez avec la couleur de vos chemises (bleu clair > rouge foncé) mais pas celle de vos chaussures (restez dans des couleurs complémentaires), sans oublier un petit rappel de couleur discret sur votre tenue.

Où acheter vos accessoires

Un peu partout. J’ai trouvé des gants en cuir d’agneau au design stylé pour 10 euros… chez H#038;M. Ne mettez pas de gros budget dans les accessoires.

Conclusion

Un peu comme les Pokémon, je vous souhaite maintenant de tous les attraper.

Si vous prenez le bon départ en mettant l’argent dans ces indispensables, vous aurez non seulement un style qui tue, mais vous vous épargnez de devoir refaire des achats plus tard quand votre goût se sera aiguisé. Le plus important sera d’éviter les erreurs de taille, de style, de coupe ou de couleur. Pas de secret pour réussir : bien étudier, essayer, toucher. Remettez donc en cause les présupposés qui vous nécrosent. Et si vraiment vous n’êtes pas sûr de vous, envoyez-nous un petit message. On vous fait un rapide tour des meilleures boutiques gratuitement sur Paris si vous nous payez de quoi grailler le soir venu dans un boui-boui sympa, promis :D

And I’m Steve Inskeep in Detroit. We are reporting this week from downtown Detroit, just a few blocks from the home of the Lions Ford Field. During one of our interviews, I asked a man if he was a Lions fan and he answered, no, I try to stay positive.Jose Valentin (136) Second baseman Valentin only played for the cheap nfl jerseys Sox for five seasons, but ranks tenth all time in the home run department for the franchise with 136. Despite hitting just .216 in 2004, Valentin had a career high 30 homers that season, with 70 RBI not bad output at all from the second base position.When I became a referee, it became clear that there was nobody in the sport who was gay. The rugby world is very heterosexual and masculine, and this made things difficult. Although that’s not to Fake Oakleys Sale say that the sport is openly homophobic. It was just never an environment http://www.nfljerseysshow.com where I felt like I could be myself. ». We’re all in a better place because of this. »Clippers: ‘Now http://www.yknfljerseyswholesale5.com the healing process begins’The inflammatory sentiments Silver referred to came packaged in a 10 minute recording that TMZ said occurred during an April 9 conversation between Sterling and girlfriend V. Stiviano.On the recording, a man and woman argue about photos posted to Instagram in which she appears with African Americans. The Fuller House star has been the target of quite a bit of Fake Oakleys Sale backlash recently from Christian groups and fans, who say they don’t like the direction the Netflix show takes in regards to DJ’s wardrobe and behavior. Followers on both sides of the debate have gotten heated, and Bure says she’s tired of all the negativity, especially when it’s in the comment section of a photo that has nothing to do with the show.This week, Food Network has added three new shows to its lineup: Kelsey Essentials, Donut Showdown and Eat Street. On Thursday there a new episode of Chopped Canada and on Friday Sandwich King Jeff Mauro goes on a Disney vacation with his family. Afterward, watch as Guy seeks out global flavors in a special episode of Diners, Drive Ins and Dives.Dr Walters phoned ABC Radio in Perth on October 5th to clarify his comments, and in the interview, it’s clear the other media had over emphasized certain points. For example, Walter said his comment on selfishness « was sort of stressed by the paper but it wasn the main point I was making. The ABC’s report demonstrated the commercial media had run away with the story, taking it in a clichd evil doctor direction. This is clear in the reader comments sections, where the view that Dr Walter is just another ‘bloke’ doctor with a god complex is prevalent. This kind of PC reporting is fueling the distrust in the medical system. The media cheap jerseys wholesale clearly knows people would rather read about an opinionated doctor getting slammed than cheap jerseys an informed debate on health.

Mais qui est Shruikan ?
Hacker en semaine A, philosophe en semaine B. Retrouvez le sur Twitter ou Facebook

14 réponses au sujet. Parlons-en !

  1. diseases and fatigue. Ii keeps the body more active and fresh.


  2. Super article, un véritable mode d’emploi, je partage !
    Merci d’avoir parlé des blousons CP Company, trop peu connus et trop peu proposés à part dans les grandes villes.


  3. Hey !

    Je découvre le blog, article très sympa avec des conseils de qualité ! Je corrige tout de même, ce n’est pas wooyounmi, c’est wooyoungmi (on n’oublie pas le g) !

    Je me lance : La veste grise -> Bien coupée tout simplement, à la taille de notre monsieur !

    La dernière chemise blanche -> Fittée correctement sans tomber dans le moulant comme sur la première (je fais abstraction du logo dégueu)

    Les deux derniers pulls -> Couleur basique, le dernier est un peu plus « technique » avec la coupe un peu loose mais ça reste efficace dans un style bien maitrisé.

    Le dernier tee -> Pas vraiment difficile, vu la gueule des autres tee. Perso, je chope les miens chez American Vintage (en soldes, c’est très bien pricé) et chez monop !

    Second et quatrième jeans -> Belle coupe, la toile a une belle teinte. J’ai cru au début que le dernier jeans, était porté par une nana…

    J’ai vu que Paul & Joe était beaucoup cité. Je suis pas vraiment fan, c’est assez overpricé ce qu’ils font…



  4. Konrad
    Post author

    Pour le deuxième pull et le deuxième jean il y a effectivement un piège. Attardez-vous moins sur l’impression que vous fait le mannequin que sur la qualité du vêtement lui-même.

    Le 2ème pull par contre n’est pas bon, les aisselles pendent, le ventre bedonne, les épaules tombent et la laine à l’air rêche.



  5. Laura

    En tant que fille, j’ai peut-être rien à faire là (encore que, le but, en plus de faire classe, est de leur plaire ou au minimum donner bonne impression).

    Pour la veste j’aurais effectivement dit la 2, le 4ème pour le t-shirt.
    Pour le pull, c’est plus dur… Le 2, et peut-être le 3 (mais les bras du gars qui pendent donnent un effet bizarre, même si le pull a l’air de lui aller), 2 et 4 pour le jean, ce sont ceux qui vont le mieux. Le 5 faisant campagnard/gros geek, et le dernier… Trop moulant, on dirait des fesses de fille >> C’est pas du tout viril.
    Et pour la chemise, la dernière, effet terriblement sexy !

    Autant j’ai du mal à m’habiller comme je veux, autant là ça me parait assez clair ^^



  6. Chocapic

    Pour les jeans :

    1) Trop large, très mal cintré.
    2) On peut douter car je trouve qu’il est mal porté personnellement, mais le jean est simplement parfait, juste à bien remettre en place le bas du jean sur les pompes et pour ma part descendre un peu ce jean, ses couilles vont éclater on dirait. C’est un des deux bons jeans à choisir je pense.
    3) Très mal cintré, il ne prend pas la forme des jambes, et la qualité du tissu semble laisser à désirer au vue de la retombé sur les pompes.
    4) tout simplement parfait, et bien porté. Que demande le peuple. C’est un des deux bons à coup sûr.
    5) Le gars peut se suicider… Je plaisante, mais ce jean a rien pou lui…
    6) Celui là j’ai hésité, mais l’intérêt en tant qu’homme est tout de même de faire homme… ^^’. Trop serré, trop cintré.



  7. RofilRock

    Ouais j’avais mal vu. Pour les pulls vu que j’apprécie pas trop les pulls je sais pas trop , même si les deux derniers me semblent honorable, la matière du troisième me laisse sceptique, ça fait assez bizarre en photo. Sinon pour les jeans, je dirais le 4ème et tout sauf le 5ème :’) Si seulement j’avais de la thune.



  8. Konrad
    Post author

    RofilRock, la première est une veste à trois boutons, la forme >< est quasi absente contrairement à la seconde veste qui est bien une deux boutons 😉



  9. Shruikan

    Comme l’a expliqué Saara, la troisième veste est très molle, son cintrage est mauvais et si vous regardez bien les manches, elles sont beaucoup trop longues (cmb aurais-je ajouté il y a quelques années de ça).

    La bonne veste est donc la deuxième (matez-moi un peu cette jolie petite cambrure au niveau de la taille) (et profitez-en pour acclamer Saara).

    Pour la chemise & le te-shirt, RofilRock, tu avais juste, bien ouej



  10. RofilRock

    Pas faux, mais j’arrive pas à savoir si elle a 1 ou 2 boutons.



  11. Saara

    Rofilrock je ne suis pas d’accord, la bonne veste est pour moi la 2, car la troisième est froissée et son cintrage n’est pas « solide » comme ils disent



  12. RofilRock

    Les tee:
    Le dernier. Le premier fait beaucoup trop « italien imbu de lui même ayant des problèmes de sexualité », tout comme le deuxième qui fait un peu kevin. Et le 3ème est pas très beau.



  13. RofilRock

    Chemise: La dernière. Blanche, sobre, sayante. Pas de poche ni trop de bouton, pas d’effet de rembourage dans le pantalon.



  14. RofilRock

    La 3ème puisqu’elle a 2 bouton, est parfaitement ajusté au corps de la personne, sombre et va parfaitement pour le travail.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.