robert-pattinson-twilight-vampire-hairstyle

C'est le matin, et vous avez la banane. Vous avez dormi vos huit heures après être rentré d'une belle expo nocturne. Le brunch de la matinée tinte joyeusement dans votre ventre et vous chantonnez comme un pinson sur le chemin du boulot. Vous arrivez dans l'open space, l'air conquérant et accompli ; et là, c'est […]

¹ Lecture : 12 min. - Par Konrad, le 23 mai 2012 - 5 réponses

C'est le matin, et vous avez la banane. Vous avez dormi vos huit heures après être rentré d'une belle expo nocturne. Le brunch de la matinée tinte joyeusement dans votre ventre et vous chantonnez comme un pinson sur le chemin du boulot. Vous arrivez dans l'open space, l'air conquérant et accompli ; et là, c'est le fucking drame.

Votre collègue Myriam (on raconte qu'elle est là pour des raisons de diversité, mais nous ne parlons pas de ça sur Bâtard Sensible), bref, votre collègue Myriam, entre deux morceaux de baclavas entrecoupés d'une gorgée de thé à la menthe (bon, promis, on arrête) vous regarde et vous lâche une remarque en forme de couteau apache : « T'as pas bonne mine, toi, ce matin ! » . Et chbim.

L'agrafeuse trône sur le bureau et certaines scènes de ce nanar gore (celle où une nana se balade la bouche cousue) vous reviennent en mémoire. Mais vous êtes un lecteur de Bâtard Sensible et, en vrai, vous savez bien pourquoi elle vous dit ça, pas vrai ? Disons les choses comme elles sont : si vous avez l’air vanné, de cette mauvaise fatigue qu'on ne peut malheureusement même pas attribuer à une nuit de sexe enragé, c’est que vos cernes ressortent, que vos yeux paraissent ternes et que votre visage s'efface sous ce rideau ombrageux. Mauvaise nouvelle, ma poule : tu portes les couleurs qui vont niquer ta journée.

Un tsunami. Et baby Scarlett a du maquillage pour rattraper le coup, pas vous (enfin, peut-être, mais on veut pas savoir).

Vous aurez beau avoir le style du gars qu'on aimerait voir en première du Sartorialist ou la capacité de discerner le bon grain de l'ivraie dans le choix des éléments de votre garde-robe, sans science des couleurs, sachez qu'il n'y a point de salut. Premier corollaire basique : toutes les couleurs ne sont pas complémentaires entre elles, et certaines ont un effet visuel beaucoup plus impactant que d'autres. Votre visage, vos cheveux et vos yeux ne dérogent pas à la règle – à moins que votre passion soit de vous baigner dans l'eau de Javel -, et il va falloir créer de l’harmonie dans ce petit monde.

Bâtard Sensible a compulsé pour vous un sacré paquet d’écrits à ce sujet et vous livre plus qu’un condensé : un petit guide pratique des couleurs pour votre vestiaire.

Le jeu des contrastes

Bonne nouvelle, le premier impératif ne requiert pas un Bac+8 en mode : il s'agit de savoir trouver les bons jeux de contraste entre sa carnation et la superposition des sapes. Vos vêtements ne se portent pas tout seuls (il faut bien un corps pour supporter tout ça), et pour peu que votre entreprise exige de vous une veste sombre sur une chemise claire, il va falloir la jouer fino pour ne pas être surnommé « le blondinet zombie du 4ème » (true story). No panic, il est possible de s’en sortir en jouant sur la puissance des contrastes entre la pièce du dessus, du dessous et votre visage :

  • Vous avez les cheveux foncés et la peau claire ? Optez pour du contraste fort (le plus représentatif étant le noir et le blanc).
  • Vous avez les cheveux et le teint plutôt clair s ? Optez pour le contraste minimum avec du camaïeu ou du presque uni.
  • Vous avez les cheveux et le teint très sombres ? Vous êtes noir ou hindou. Petit salopiaud, vous pouvez vous permettre tellement de choses…

Si vous êtes entre les deux premiers – cet entre-deux englobant la majorité de la populace -, vous avez plus de liberté à condition de ne pas trop titiller les extrêmes. Trop contrasté, vous ressemblez à Justin Bieber ; pas le moindre contraste, et vous ressemblez à un ingénieur. Dans les deux cas, vous méritez des pierres.

Quand on vous dit que les contrastes, c'est pas de la gnognotte ! Vous voyez les différences de teint ?

Et non, ici, l'éclairage compte pour quedalle. Oui, ça joue un peu sur l'effet avant/après (le choix des photos ne sera jamais innocent chez nous), mais ça n'enlève rien à l'impression qu'il y a quelque chose qui cloche gentiment dans un cas sur deux. Ca ne trompe pas notre ami Ryan Gosling, qui préfère briser les codes très stricts du « white tie » en reniant son smoking plutôt que d'avoir l'air de ressusciter des limbes.

Faites-vous plaisir : un article plus approfondi se trouve sur Parisian Gentleman.

Déterminer sa couleur : mise en pratique.

Avant de mettre un pied dans la théorie, faites donc une petite expérience devant votre glace.

Souvenez-vous des couleurs que vous portiez quand le monde vous souriait. Maintenant, passez aux couleurs que vous portiez quand vous faisiez grise mine.

Il y a de fortes chances que ces couleurs soient de deux sensibilités différentes : une couleur chaude (ça tend vers le tryptique rouge, orange, jaune) et une couleur froide (ici, ça tendra vers le trio vert, bleu, violet). C’est un test que toutes les relookeuses de province vous font passer : une étoffe dorée et une étoffe argentée vous sont passées en voile autour de la tête pour voir ce qui vous vivifie le teint et ce qui vous « cadavérise ». Evidemment, vous ne porterez jamais ces couleurs dans la rue, à moins d'avoir un vide existentiel qui vous pousse à sortir du lot à n'importe quel prix, mais disons que ça permet de s'y retrouver. Vous pouvez faire le test chez vous à la lumière du jour avec une teinte chaude et une teinte froide, comme ci-dessous :

Palette de couleurs chaudes (à gauche) et palette de couleurs froides (à droite).

Faites-le au moins une fois, et chez vous si possible. En cabine d’essayage, les lumières sont volontairement trop flatteuses pour vous pousser à l'achat, et il est par conséquent difficile de se faire une idée de la came que vous portez en terrain ennemi. Et puis, vous vous sentez de demander à la jolie vendeuse ou à vos amis « qu'est-ce qui me vivifie le mieux le teint par rapport à ma carnation » ? Ils ont peu de chances de s'y connaître et beaucoup trop de s'y tromper. Ceci dit, cette loterie peut avoir un côté excitant ; à essayer d'urgence si vous êtes dans votre période kamikaze. Dans le cas contraire, n'oubliez pas le dicton : on n'est jamais mieux servi que par soi-même. Parce qu'ici, qu'on se le dise : il a sa part de vérité.

Typologie des couleurs par un tailleur

Pour commencer simplement, sachez que l’excellent site Bespoke a retranscrit en français un article de Encyclopedia of Men’s Clothes par Andy Gilchrist sur les couleurs à mettre selon votre carnation. On vous a construit ça sous forme de tableau pour que ça soit plus clair.

Peau claire

Peau foncée

Cheveux bruns Privilégier : bleu, marron, vert A éviter : jaune, ocre, rouge Privilégier : ivoire, ocre, bleu, vert, rose, jaune, violet A éviter : gris foncé, bleu
Cheveux blonds Privilégier : bleu, bleu marine, rouge, vert, brique, noir A éviter : marron foncé, beige, jaune, gris clair Privilégier : beige, gris clair, rose A éviter : bleu foncé, marron foncé
Cheveux chatains Privilégier : olive, gris, ocre, marron, bleu, gris moyen A éviter : gris foncé, moutarde, orange Privilégier : rose, violet A éviter : marron
Cheveux roux Privilégier : marron, gris moyen, vert, bleu, jaune pâle A éviter : gris clair, rouge, jaune, orange Privilégier : ocre, marron, gris A éviter : rouge, jaune
Cheveux gris Privilégier : bleu marine, gris, bordeaux, noir A éviter : marron, vert, ocre, jaune, couleurs pastel Privilégier : toutes les couleurs A éviter : aucune
buy generic priligy online

D'expérience, ce tableau n'a jamais fait de mal à qui que ce soit. Il est juste problématique pour tout ce qui concerne nos amis « entre-deux » (châtains à reflets blonds, métis à la peau claire, peau rosie, teint de junkie, gens souffrant de l'hépatite, j'en passe et des meilleures).

La théorie des saisons et de la carnation

Cette théorie est soumise a pas mal de critiques, de par sa complexité et son manque de légèreté ; on vous en livre les secrets pour les plus courageux.

Mettons-nous à rêver : si vous étiez un tableau qui représente une saison, laquelle seriez-vous ? Pensez à l’artiste qui devrait choisir entre peindre une rousse à la peau pâle sous un chêne d’automne ou une plage des caraïbes en été. C’est la même chose ici. Le plus important est le couleur de vos cheveux à l'origine (quels reflets avaient vos cheveux quand vous étiez petits ?), le teint, et enfin les yeux. Souvenez-vous bien que, contrairement à Pokémon, le double type n'existe pas ici : vous avez soit une « aura d'or » (chaud), soit une « aura d'argent » (froid).

Typologie Printemps

Typologie Eté

Typologie

Cheveux : châtains avec des reflets roux ou dorés.

Teint : doré et vous bronzez facilement, à moins que vous ne soyez métis.

Yeux: verts, bleus ou noisette.

Couleurs

Les couleurs sont chaudes, vous êtes une prairie où la vie renaît et les fruits bourgeonnent.

- Rouge, Rose chaud, pêche, Orange
- Doré, jaune
- Vert pomme, vert-anis, vert amande
- Marron, caramel, chocolat au lait
- Beige, Ivoire, Gris éléphant
- Bleu clair, bleu gitane, turquoise
- Violet moyen.

Couleurs à éviter : noir, blanc, rose bonbon, bordeaux, prune, bleu marine et plus généralement toutes les couleurs foncées ou sourdes.

Typologie

Cheveux : clairs, blonds.

Teint : clair (tendance à rosir).

Yeux: bleus ou verts.

Couleurs

Les couleurs sont froides comme un mojito au bord d'une mer turquoise.

- Bleu froid, bleu ciel, bleu-vert, turquoise
- Rose, framboise, bordeau clairs
- Mauve, lavance, prune, violet
- Gris chiné, argent
- Beige, blanc cassé
- Jaune citron (froid)
- Marron froid.

Couleurs à éviter : orange, jaune « chaud », blanc pur. Tout ce qui est vif et voyant. Attention au noir, il ne va pas à tous les types été.

Typologie Automne

Typologie Hiver

Typologie

Cheveux : châtains, auburn ou roux, plutôt foncés.

Teint : pâle avec taches de rousseur (mais pas nécessairement) ou au contraire cuivré.

Yeux: marrons ou verts, plutôt foncés.

Couleurs

Les couleurs sont chaudes comme les feuilles qui se fanent et tombent au bord du lac.

- Marron, terre, bronze, brun, rouille
- Ecru, beige, crème
- Vert chaud, vert kaki, vert-jaune, olive
- Orange, rouge chaud
- Rose parme, saumon
- Or, Jaune chaud, moutarde
- Bleu pétrole, turquoise.

Couleurs à éviter : noir, blanc, bleu marine, rose, bordeaux, pourpre, rouge vif et une large gamme de gris.

Typologie

Cheveux : bruns, noirs bleutés, châtain foncé, gris ou blanc.

Teint : pâle, ivoire, porcelaine ou au contraire bronzé, mat, noir, olive ou pêche. Contrasté.

Yeux: marrons, vert foncé, bleus verts ou  gris bleus (métalliques). Sombres.

Couleurs

Les teints sont froids comme un paysage glacé sous un soleil blafard, noirs comme les entrailles d'une grotte.

- Noir, blanc, gris argenté, gris anthracites
- Bleu nuit, bleu marine, bleu glacé, bleu électrique
- Vert émeraude, vert cru
- Rouge rubis, bordeaux, rose fuchsia, rose glacé
- Jaune clair

Couleurs à éviter : orange, or, marron, brun, beige, ivoire, pêche, le pastel et le délavé.

Vu de loin, on dirait du Gobineau, mais je vous promets que c'est un article de mode.

Limites de la théorie des saisons

« Bon Konrad, t’es un mec sympa, mais jeune, j’étais blond avec des taches de rousseur, et aujourd’hui je suis limite brun, avec un teint qui oscille entre aspirine et cuivre selon mon degré d’alcoolémie ».

Oui, c’est vrai qu’à moins d’être un stéréotype publicitaire, vous avez de fortes chances d’être un « bâtard » (comme les chiens, cette fois-ci)  pris le cul entre deux des catégories du tableau sus-mentionné. Qui plus est, il est assez difficile de bien cerner les profils « ethniques » comme les asiatiques (entre hiver et automne), les latinos ou les blacks ; mêmes choses pour les cheveux teints (et donc une différence entre sourcils et couleurs de cheveux), les personnages âgés, les chauves, les mutilés de guerre, les chimères et autres mutants. Pour pallier ça, je m'apprêtais à vous parler de la théorie des  12 saisons (faisons semblant de ne pas entendre Vivaldi qui se retourne dans sa tombe), mais ça commence à être un peu technique. Vu le peu de couleurs disponible dans les vestiaires masculins, et n'étant pas le genre de personnages à nous maquiller avant d'aller en soirée le vendredi soir, je ne pense pas que ça soit nécessaire de porter en étendard une précision aussi millimétrique. En clair : faites au mieux, ça sera déjà cool.

Conclusion

Une bonne conclusion n'est ni un résumé, ni une ouverture mais une mise en garde.

Toute théorie produit ses extrêmes et je ne souhaite pas vous voir devenir des fanatiques de la couleur unique. Comme le rappelle un très bon article de ces petits lascars américanisés de chez BonneGueule, prenez le sujet avec simplicité et focalisez-vous plutôt sur les coupes.

N'ayez pas peur de la couleur sous prétexte que vous prenez un risque (son importance est surestimée) : la superposition et les accessoires (cravate, écharpe, lunettes, bracelet, appareil denta… ah non, pas ça) permettent d'atténuer le choc visuel en équilibrant la palette de couleurs que vous arborez dans l'espace public. Qui plus est, il y a tant de teintes pour tant de tons pour tant de couleurs que nous avons mathématiquement tous de un à dix gris qui nous va pas et de un à dix gris qui nous vont comme une paire de gants en peau d'aile de dragon.

Il va donc vous falloir faire marcher démarche stylistique et portefeuille pour investir là où vous ne pourrez que faire un carton plein. En sachant tout ça, la prochaine fois que la fameuse Myriam vous parlera de votre teint blafard le matin à votre arrivée dans l'open space, priez quand même votre dieu préféré pour de ne pas avoir un cuir à 2000 euros sur les épaules ce jour-là. Pigé ?

Merci à Bespoke, Parisian Gentleman, BonneGueule et un sacré paquet de sites féminins pour ces infos.

zp8497586rq

Mais qui est Konrad ?
Dissidence de salon et mauvais sentiments. Vous n'aimerez pas m'haïr, vous haïriez m'aimer. Retrouvez le sur Twitter ou Facebook

5 réponses au sujet. Parlons-en !


  1. Pierre

    intro : sans science des couleurs, sachez qu’il n’y a point de salut
    conclu : prenez le sujet avec simplicité et focalisez-vous plutôt sur les coupes



  2. simsette

    Passant pas hasard, j’adore !


  3. très bon article, et merci pour le quote.



  4. Britannia

    « Les teints sont froids comme un paysage glacé sous un soleil blafard, noirs comme les entrailles d’une grotte. »

    @Thocast, on parle d’étages, pas d’années. Même si c’est intimement lié avec l’évolution par le temps et la discipline.



  5. Thocast

    Et que fait-on si on affectionne le style « zombie blondinet de Terminale » ? C’est très à la mode cette saison.


Comments are closed.