Big Brother connaît votre histoire, et il peut vous assurer que vous êtes dans un sacré pétrin. Ne le niez pas : quoiqu’il arrive, vous allez passer à la casserole. Soit vous arrêtez de lire maintenant et vous vous apprêtez à ramasser votre cœur à la balayette, soit vous continuez à lire et c’est 30 minutes […]

¹ Lecture : 52 min. - Par Laurent CARDON, le 16 juin 2013 - 51 réponses

Big Brother connaît votre histoire, et il peut vous assurer que vous êtes dans un sacré pétrin.

Ne le niez pas : quoiqu’il arrive, vous allez passer à la casserole. Soit vous arrêtez de lire maintenant et vous vous apprêtez à ramasser votre cœur à la balayette, soit vous continuez à lire et c’est 30 minutes de combo mental fait à vos convictions. Oui, la question de l’amitié et de l’amour, ça ressemble plus à « Saving Private Ryan » qu’à  « My Little Pony ».

Il n’y a que trois situations qui rendent cette lecture nécessaire :

– Vous êtes amoureux transi d’une amie proche : vous discutez des heures avec elle sur Facebook, vous faites les 400 coups à deux, votre petit cœur bat la chamade quand elle vous enlace « en toute amitié » dans ses bras et vous vous surprenez à penser à elle jusque sous vos couettes (mais Bâtard Sensible fait comme l’Etat : on ne s’immisce pas dans la chambre à coucher).

– Vous êtes un gentil garçon et vous ne comprenez pas que malgré votre éternel dévouement à leur noble cause, les filles s’évertuent à ne vous considérer QUE comme un ami. Même celles rencontrées il y a 3 jours vous considèrent déjà comme leur best pote (alors que bon, à part lui avoir porté sa valise…).

– Vous avez votre petit succès avec les filles, mais vous êtes bien curieux de savoir comment éviter de tomber un jour dans ce piège.

Si vous êtes dans la première catégorie, demandez-vous avant de vous lancer si vous êtes VRAIMENT amoureux d’elle. Facile à dire, dur à admettre : si vous êtes un immature affectif guidé par vos poussées d’hormones, détruire une amitié sera juste une solution de facilité à votre absence de courage pour aborder des femmes de manière fun, sexuée et intelligente. Si la fille vous apprécie vraiment et n’a pas fait de vous un caniche, sachez qu’à vouloir simplement la tirer, vous allez détruire quelque chose d’aussi rare et précieux que les 5 cartes d’Exodia le Maudit dans Yu-Gi-Oh : une relation amitié homme-femme stable et saine.

Pourquoi devrais-je maintenant quitter la zone ?

Je ne parle pas ici du chef d’œuvre de Tarkovski, mais de ce running gag qui fait glousser les adolescents sur 9gag, j’ai nommé la friend zone. Contrairement à ce que vous pouvez croire, ce n’est pas une théorie de Barney Stinson dans « How I Met Your Mother » mais une expression créée dans la série « Friends ».

L’idée est simple : la fille préfère vous considérer comme un ami plutôt qu’un amant. Ça commence toujours de la même manière : elle est charmante, vous parlez des heures durant, sortez à deux et finissez par trouver ses petits regards tellement craquants… et puis ça y est, vous en êtes sûr :  puisqu’elle semble si proche de vous, il doit bien exister un petit fil d’Ariane entre vos deux coeurs. Vous pensez qu’à continuer sur cette voie, l’amour ne fera que croître et s’épanouir comme une belle-de-jour aux débuts de l’aurore. Se lancer maintenant, ce serait tout gâcher. Mais le temps passe, il passe, et quand finalement sa présence love un serpent autour de votre cœur jusqu’à suffocation, vous vous lancez. Ce sera une déclaration maladroite, hésitante et pas du tout assumée. Hollywood, Livre de Poche, votre pote du lycée : tous vous diraient que c’est touchant, courageux et que ça va faire mouche. Résultat des courses ?  Vous vous prenez un râteau.  Mais un râteau gentil, puisqu’après tout…

« Oh, ça me touche tellement, si tu savais… mais je préfère que toi et moi, on reste amis… tu es vraiment un mec adorable et je suis sûre que tu mérites mieux que moi… une relation entre nous gâcherait tout. Amis pour la vie quand même ? »

ÉCHEC ET MAT.

Vous êtes anéanti et acceptez de bon cœur en apparence (parce qu’à l’intérieur de vous, ce petit coeur est en petites coupures).

Enfin, c’est ce que vous aviez l’habitude de faire avant de lire Bâtard Sensible. Non parce que, très prosaïquement, ce nouveau contrat d’amitié est totalement bidon :

– Vous avez toujours autant envie d’elle et ça fap’ sévère sous la douche !
– Sa présence, définitivement amicale, vous broie toujours la poitrine avec la même force !
– Vous avez l’impression d’être utilisé, de tout donner et ne rien recevoir en échange : temps, présence exclusive, invitation, aide manuelle, longue discussion et même de l’argent, sans même qu’elle daigne ouvrir un peu les cuisses (elle préfère les réserver à d’autres mecs, dans votre dos ou carrément à votre vu et à votre su) !
– Depuis que vous avez jeté la pleine lumière sur vos sentiments, vous avez l’impression qu’elle vous évite. Mais qu’importe, puisqu’elle vous répond que c’est « pour se recentrer sur ses études, vu qu’elle a trop déconné ces derniers mois » ?

La vérité, c’est que même si vous pensiez que l’amitié, c’est toujours mieux que de ne plus la voir du tout, la propension que vous avez eue à dévoiler vos sentiments sans retenue vous a rendu à peu près aussi attirant et sexy qu’une chemise dragon de chez Delaveine.

Oui, vous allez la perdre.

Regardez-vous, bordel : votre regard mielleux, vos gestes de rapprochement solennels et maladroitement exécutés,  vos points de suspension en fin de phrase… tout ça en dit long à des femmes, que leur sexe a faites rompues à l’art de l’empathie. Aussi ne vous étonnez pas si une situation qui a cette gueule la met mal à l’aise : elle vous aime bien sincèrement, mais vous n’êtes pas attirant. On ne pique pas l’intérêt et le désir de quelqu’un avec cette manière d’être. Par conséquent, par un mélange de dégout, de confusion et de volonté de vous épargner des peines, elle va inexorablement s’éloigner de vous, voire vous mépriser et vous le faire comprendre. Les plus mondaines d’entre elles, par contre, trouveront tout à fait normal d’être ainsi le centre de tous les fanatismes et continueront à vous ponctionner les bourses… et là, si vous n’avez pas compris, c’était votre portefeuille dont il était question. Ne rêvez pas trop, merci.

Comment savoir si je suis déjà dans la Friend Zone ?

Mauvais signe 1 : elle vous a déjà sorti une de ces phrases fatales

« t’es comme un frère pour moi » (traduction : pas un amant), « t’es vraiment un mec gentil » (traduction : tu l’es trop), « c’est génial, je peux parler de tout avec toi » (traduction : j’ai une confidente masculine qui ne sera jamais ma rivale), “tu es mon meilleur ami” (traduction : et seulement ça, que ce soit clair entre nous et pour les autres). Si par malheur vous tentiez un coup de poker (comme l’inviter à un rendez-vous qui pue le romantisme), elle vous assènera alors cette phrase qui se transmet mieux que les plus anciens bijoux, toujours de mère en fille : “je ne veux pas gâcher notre amitié/ ce qu’il y a entre nous”. Malheureusement, à de très rares exceptions près, cette tirade signe l’acte de détérioration inexorable de votre relation… que vous le vouliez ou non.

Mauvais signe 2 : elle vous parle de ses problèmes avec les hommes

Vous êtes sa confidente, elle vous demande des conseils pour séduire ce bel étalon brun du 5e étage, son coiffeur, le vendeur avec qui elle bosse. A moins que ça ne soit encore pire : elle vous harangue, les yeux qui brillent, le filet de bave amène « j’ai rencontré un mec génial ! ». Vous pensez peut-être qu’elle se met en valeur, vous titille ou essaie de vous rendre jaloux ?

En fait, c’est bien possible.

Mais à condition que d’autres signes d’intérêt viennent corroborer cette thèse. En clair, si vous êtes le mec qui lui essuie les yeux depuis deux ans à chaque fois qu’elle traverse une rupture, vous n’êtes pas un amant potentiel qu’elle essaie de rendre jaloux, vous êtes son « meilleur copain gay » : ce sont les signes qui le disent. En l’occurrence, ce genre de confidence sur sa dernière rencontre n’implique comme suite de votre part ni conseils rassurants ni niaiseries tout droit sorties d’un magazine pour femme potiche (ceux sur lesquels on peut lire, à la devanture des kiosques : « Sexo : 50 manières de raviver la flamme avec son Jules »). Ne pensez-vous pas que ses copines sont plus à même de lui en donner toute quantité nécessaire si elle y tient tant que ça, à ces fameuses niaiseries ?

Mauvais signe 3 : avec vous, pas de dignité

Avec vous et seulement vous, elle se balade en peignoir avec son masque d’argile, et son naturel féminin ne l’empêche pas d’oublier, en votre présence, maquillage et épilation. Vous mettez ça sur le compte du féminisme et d’une forme de « confiance au naturel« , mais le samedi venu, ou en présence d’un bon garçon, elle ressort ses crèmes et se fait la plus belle pour aller danser.

D’ailleurs, parfois, ça vire au glauque quand elle se plaint d’avoir mal au ventre à cause de ses règles, laisse la porte des toilettes ouvertes ou, suprême horreur et fin du fin, flatule et éructe de bon cœur en votre douce compagnie. Quelle bonne vivante, cette Lucie… ah ouais ? Autant mourir alors.

A noter qu’en groupe et alcoolisées, les filles trop cools ont tendance à se lâcher un peu trop ; ne le prenez pas pour une destitution de votre rôle de mâle dominant (sic). Contentez-vous d’y réagir de façon minimaliste et sans excès de camaraderie : pas de poilade, pas de réprobation, et pas d’intérêt soudain, formulé à coups de questions, pour la biologie féminine. Les discussions dégueulasses, c’est toujours entre membres du même sexe (la visite chez la podologue ou les confidences de mamie ne comptent pas).

Les causes de la friendzone

Mais que diable êtes-vous allé faire dans cette galère ?

Comment ça se fait que votre pote Djamal est aujourd’hui en couple avec son ancienne meilleure amie et qu’ils coulent le parfait bonheur et pas vous ? Pourquoi est-ce que ça ne se passe jamais comme dans les films au box-office (amitié désintéressée > confidences > confiance > amour) ? Devenir son ami intime, n’est-ce pas lui prêter une oreille… pour mieux passer à l’oreiller ?

Eh bien non, mon cher ami. Toutes les amitiés ne se ressemblent pas. Celle que vous essayez d’entretenir avec cette fille n’en est pas une, c’est une relation INTÉRESSÉE : pour vous c’est l’espoir du sexe, pour elle c’est votre présence effective. Contrairement à de la marchandise, il n’y a pas de point d’équilibre où vos intérêts seront convergents : vous ne cultiverez que de la frustration, comme ces gens qui achètent sur Groupon ou directement en Chine parce que c’est moins cher.

Nous verrons dans une seconde partie comment entretenir une vraie amitié homme-femme qui ne parte pas en couille, mais dans l’immédiat, on a des priorités : vous êtes amoureux et vous voulez savoir où vous avez merdé.

Trop gentil

On a tous en tête ce proverbe « trop bon, trop con » qui nous lancine à chaque fois que notre grand cœur saigne comme un petit goret. Le monde libéral du choix n’est pas seulement un monde de prédateurs, il concentre aussi les richesses dans les mains des individus les plus malins (saviez-vous seulement que les 10% de pays les plus riches détenaient 90% de la richesse mondiale ? Et qu’à l’intérieur de ces mêmes pays, 90% des revenus sont détenus par les 10% de gens les plus aisés ?). C’est la même chose pour les femmes : à trop donner de votre temps et de vos compétences sans retour (don contre don), vous deviendrez ce qu’on appelle un prolétaire de l’amour (et devinez à qui revient le beau rôle de la rentière ?).

Pourquoi alors vous entêtez-vous à être si fier de lui rendre ce triste service ?

Laisse-moi te montrer à quel point je suis galant, musclé et soumis. Et n’oublie pas de t’essuyer les pieds en passant !

La raison est psychologique et prend pour origine nos conditionnements : l’homme voit le problème comme un défi qui s’il le résout lui permettra de s’affirmer dans son rôle alors qu’une femme sera affectée par l’échec et cherchera de l’aide (généralement d’un homme, son altérité pratique). C’est pour cela que vous pensez l’impressionner et gagner des points en réparant sa voiture alors que vous n’avez fait que répondre docilement à son appel.

Quand son PC plante, ne soyez pas le premier à vous proposer de lui réparer ; quand elle coince sur un exercice de math, ne lui faites pas à sa place ; quand elle se plaint d’avoir un sac trop lourd, ne lui portez pas. Quand elle arrive à la gare en pleine nuit, ne devenez pas son chauffeur attitré ; quand elle claque des doigts, ne devenez pas son Yapou.

La solution n’est évidemment pas de lui demander un payement en nature pour tout service rendu (vous passerez pour égoïste et libidineux). Vous devez lui laisser résoudre son problème comme une grande et n’agir que si nécessaire. Vous la guidez et apportez la touche finale, vous êtes à la fois un professeur et une équipe qui réussit. D’après vous, quel est le rôle le plus valorisant et le plus productif : celui qui distribue du poisson à l’affamé ou celui qui lui apprend à pécher ?

Trop disponible 

On l’a tous fait : chatter jusqu’au crépuscule avec une fille, le cœur léger et remplitd’amour. Le lendemain, elle vous envoie un SMS et vous répondez dans la minute, elle vous appelle, vous décrochez aussitôt. Vous pensez à tort que vous êtes en train de créer une connexion forte et intense, qu’à perdre des heures en intercourses palabresques vous constituez à ses yeux un intérêt certain.

Vous vous trompez pour trois raisons. La première c’est que vous confondez discussion et verbiage : il suffit de parler à une fille au téléphone pour se rendre compte du fossé qu’il y a entre elle et nous sur sa capacité à rester suspendue au bout du fil pour ne pas dire grand-chose. La seconde, c’est qu’à laisser votre interaction se traîner en longueur vers l’infini et au-delà, vous prenez le risque de multiplier les erreurs et de perdre des points : discussion insecure sur votre ex castratrice, votre vie sexuelle stagnante ou votre obésité adolescente. Troisième raison : vous ne pouvez pas représenter le moindre mystère à ses yeux en restant connecté à Facebook toute la journée (sinon celui qui consiste à savoir ce qu’un parasite comme vous peut bien faire de sa vie). Apprenez à être absent et à ne pas avoir le temps de parler, même si ça fait une semaine et que vous êtes tout excité dès que son « salut » de 23h en semaine pointe le bout de son nez sur le chat Facebook (d’ailleurs demain elle est en congés, pas vous : vous croyez que ça vaut le coup de vous attarder ?).

Trop protecteur

La voilà devenue distante, elle vous parle moins et ne vous regarde plus comme avant. Des questions par myriades vous traversent la tête : ai-je fait quelque chose de mal ? Voit-elle quelqu’un ? A-t-elle besoin de mon aide ? L’erreur fatale serait d’essayer de creuser pour voir ce qu’il y a derrière. Peu importe la finesse de votre investigation, vous allez rendre cette relation pesante. Si vous voulez la réconforter, elle vous reprochera de la prendre pour une cruche (à moins qu’elle n’en profite pour faire de vous son Kleenex sur pattes) ; si vous voulez savoir si elle voit un autre homme, vous allez vous perdre dans les méandres du stalking et de l’obsession ; si vous voulez mettre au clair votre relation, vous allez vous prendre un mur de désintérêt en pleine figure à 300 km/h.

Ne prenez pas trop à cœur ces changements : vous n’êtes pas en couple. Ca signifie, entre autres, que vous (et surtout elle) n’avez signé aucun contrat tacite sur ce que doit être ou devenir vos individualités mêlées. Contrairement à une relation de couple ou il va vous falloir conjuguer oeil de lynx et esprit de déduction à la Détective Conan pour lire entre les lignes efficacement et en toute discrétion, dans une relation de séduction, il s’agit souvent d’un test ou d’un petit tracas du quotidien : les filles ont de la sensibilité, elles savent à ce titre très bien jouer le jeu et tirer sur la corde sensible, le plus souvent consciemment. Ce petit examen de fin d’année qui la stresse la fait se prendre au jeu du changement de personnalité et, pour être honnête, ça la ravit de vous voir vous agiter de toutes vos forces.

Si vous ne le saviez pas déjà, je peux vous assurer, d’expérience, que ça peut vite devenir grotesque dans le genre réactions violentes : manque de respect, caprice de nana victime ou phrases blessantes balancées sans vergogne. Tant que les limites du respect et de la politesse n’ont pas été dépassées d’un bon kilomètre, n’y répondez pas, ne creusez pas et surtout ne vous énervez pas : restez calme, cool, fair play et toujours joueur. Ne jouez pas les bonhommes trop pétris de valeurs, coupez court avec une phrase dans le genre : « C’est über-passionnant de discuter avec toi, mais j’ai comme une envie pressante d’aller boire une bière à Pigalle en débattant de l’existence de Dieu avec des potes jusqu’au petit matin là. Profite-en pour chercher 2-3 autres phrases rigolotes comme celles-là à me balancer la prochaine fois, je sens que tu t’améliores de jour en jour, c’est assez stimulant. Je compte sur toi, bon courage :D»

Trop ennuyant 

On pourrait écrire des volumes bibliques sur la vaste problématique du « comment devenir un homme intéressant » sans parvenir à en venir à bout, mais le cadre synthétique de cet article m’oblige à n’aborder que deux ou trois notions fondamentales – ça suffira pour le moment, on débute Bâtard Sensible, soyez cools et indulgents.

Posez-vous seulement la question : supposons que la fille soit saine d’esprit, qu’elle ait un tour de poitrine raisonnable et de ce fait un minimum de choix parmi ses nombreux courtisans : sur qui, d’un random guy ou d’un Bâtard Sensible, pensez-vous qu’elle jettera son dévolu ?

Celui qui lui parle de banalités du quotidien avec sa petite analyse psychiatrique à la Gérard Miller ou le mec qui l’emmène en courant vers l’inconnu ? Celui dont les allusions sont engluées d’amour ou celui qui pimente ses fantasmes ?  Avez-vous suffisamment de culture à partager ? Avez-vous des passions qui vous font vibrer ? De celles dont vous pouvez parler avec tellement d’enthousiasme que vous sentez votre auditoire vibrer et les filles sourire en retenant leurs questions pour ne pas vous interrompre ? Connaissez-vous des endroits magiques dans votre région ? Savez-vous cuisiner autre chose que des boîtes de raviolis Monoprix ? Avez-vous des amis cools et pas crevards à lui faire rencontrer ? Transmettez-vous de l’énergie et de la joie quand vous lui parlez ? Êtes-vous capable d’éveiller en elle des émotions plus positives et addictives que la drogue qu’on vend dans les halls de la Courneuve ? En un mot comme en cent, êtes-vous un type attirant ?

sous-hommes

Laissez les activités de filles aux filles. Vous n’avez pas à être sa copine.

Dans cet ordre d’idée, sachez que la vue d’un physique agréable rentre en ligne de compte dans le plaisir que vous distillez : sans un minimum de prestance physique, vous allez galérer. Normalement, avec une grosse dose d’énergie, pas de défaut physique invivable, une bonne hygiène et des sapes correctes, vous allez presque partout, même avec un physique de premier de la classe ou quelques centimètres en moins.

Trop curieux avec ses ex 

L’ex est une figure impassible, un être sans visage qu’elle décrira toujours (TOUJOURS) avec la plus grande ingratitude. Ce trou du cul était violent, con, frimeur, il matait les autres filles, arrivait toujours en retard, ne retirait pas ses chaussettes au lit et privilégiait toujours ses idiots de copains. Tous-les-mêmes ! D’où ce regard suspicieux qu’on devrait toujours lancer sur une fille qui parle de son ex, pauvre petite Bambi qu’elle est à toujours tomber dans la gueule du loup… les cuisses grandes ouvertes. N’essayez pas de tirer des leçons ou anecdotes des histoires de son passé sexuel. Tout ce qu’elle vous racontera sur son ex (sauf si son intention est de vous rendre jaloux, auquel cas elle vous brossera ses bons côtés à n’en plus s’arrêter) a des chances considérables d’être bidonné, passé au tri sélectif dans le but de gommer ses propres erreurs et jolis défauts. Ces histoires doivent éveiller en vous autant d’intérêt qu’on en a devant la météo ; leur seule utilité sera de vous permettre de rebondir sur quelque chose de plus funny au cours de la discussion (débat sur le mariage, petite pique pas trop méchante sur son statut de victime autoproclamée…).

Si sa rupture s’est mal passée, on s’en tamponne le coquillard : vous n’êtes pas son Kleenex, ni son journal intime, ni sa baballe antistress. Il serait dangereux d’être associé aux moments négatifs avec lesquels elle se flagelle passionnément (le meilleur remède pour accepter la rupture n’est-il pas de faire de l’être aimé un être détestable ?).

Vous n’êtes pas « Xavier, la suite » mais une nouvelle histoire, une construction harmonieuse dans laquelle s’accumulent émotions positives et découvertes en perspective. Si vraiment son ex lui a cassé le bras, l’a violée et brisé son petit cœur à vie (vous rigolez, mais c’est du vécu), la meilleure chose à faire n’est pas de vous transformer en psychologue de comptoir pour trifouiller son passé et la jouer « je te comprends », mais de vous évader avec elle : discussions sur ses voyages, ses loisirs, ses derniers potins de copines…

Ce n’est pas non plus une raison pour vous emballer, il s’agit de mettre ça en perspective : ne devenez pas fulminant de colère si elle vous parle de ses histoires, parce que non, ça ne veut pas dire que vous êtes devenu sa confidente (pas encore, en tout cas). Si elle parle de lui, ce qui arrive souvent au moins une fois dans les premiers rendez-vous, changez rapidement de sujet ou réorientez-vous sur quelque chose de plus général. Dernier conseil : ne faites jamais l’erreur de nommer l’ex si vous connaissez son nom. Il ne doit rester que ce qu’il est réellement, somme toute : ce type parmi tant d’autres.

Elle : « Ah mais moi, j’adore les sushis ! Avec Bruno, on allait tous le temps en manger à Planet Sushi, on y allait au moins une fois toutes les deux semaines parce qu’il trouvait le poisson et les lumières roses génial ! »
Vous : « Ce qui veut juste dire en fait que ce type ne connaît pas Fujita, et ça, c’est criminel. Là-bas, le patron est un vieux de la veille qui ne parle que japonais, qui te dit vraiment « dôzo » en s’inclinant après t’avoir servi. C’est près de la rue St. Anne, comme la moitié des bons restaurants japonais de la capitale, et là-bas ils savent ce que « préparer un poisson » ça veut dire. Le jour où tu m’apprendras ton truc pour convaincre les flics de ne pas te coller d’amende, je t’y emmènerai pour que tu saches ce que le mot « sushi » signifie en vrai. »

(Trop) honnête avec elle

« Faute avouée, faute à moitié pardonnée »… encore un de ces proverbes qui avait un sens dans le rapport de domination parents/enfants de notre jeunesse, mais qui se révèle contre-productif une fois que vous êtes ce qu’on appelle un 18-25 ans, lancé dans l’arène du monde du travail, des relations amicales tumultueuses et des crises de jalousie amoureuses.
Brisons d’abord quelques idées reçues : l’honnêteté, c’est avoir une conduite droite et digne qui ne tolère ni mesquineries, ni mauvais mensonges, et non de dire à qui veut l’entendre ce qu’on a sur le coeur.

Il faut une force morale peu commune pour garder pour vous vos blessures intérieures : avouer vous libère de votre mauvaise conscience et vous fait décharger la souffrance sur l’autre personne, qui souvent n’a rien demandé. C’est un geste égoïste, toxique et vous vous retrouverez vite seul si vous portez en étendard votre capacité à raconter vos petits comme vos gros problèmes, ou à confier à la personne qui vous aime ce qu’il s’est passé samedi dernier quand vous étiez trop ivre pour vous conduire avec droiture.

Vous l’avez trompée ? Vous regrettez ces 3 secondes d’orgasme pendant que votre copine pensait sagement à vous, au fond de son lit douillet ? Vous avez bien raison. Mais garder cela pour vous et assumer cette erreur de parcours sera une punition bien plus dure et bien plus saine que de lui faire perdre son sourire et ses espoirs, un dimanche ensoleillé, en lui « avouant, parce qu’elle mérite de savoir ». Non, elle ne mérite pas de savoir que vous vous êtes conduit de manière si peu intègre. Si vous l’aimez vraiment, ne lui infligez pas ça : ne racontez à personne ce qui s’est passé (vous tenez vraiment à vous vanter de ça auprès de vos amis ?), réfléchissez au pourquoi du comment et arrangez-vous pour tirer les choses au clair avec vous-même. Bref, disciplinez-vous.

Il en est de même pour vos sentiments amoureux : ne les vomissez pas à la figure de cette fille qui n’a rien demandé en ce moment tristement solennel. Ce n’est pas être « courageux et sensible » que de faire vos déclarations à l’emporte-pièce, disséminées au fil de ce jeu des phrases à double sens comme les appelait Hervé Bazin (Dans le genre kéké : « on ne sait jamais, peut-être que tu plais à certains garçons ^^ »). Bannissez les déclarations sur papier ou en face à face, les « Tu veux sortir avec moi ? », et de manière générale tout ce qui vous permet d’avouer vos sentiments avant de l’avoir embrassée ou couché avec elle : vous passerez pour un faible. Un mec digne de porter ce titre est émotionnellement STABLE, confiant et conquérant, et comme le disait Stéphane Edouard, il n’a pas besoin de déclarer son amour comme on déclare ses impôts. À vrai dire, si vous deviez lâcher la garde et laisser transparaître votre sensibilité, ce ne serait que par petites touches pour lui donner de quoi réfléchir et s’imaginer des choses, et obligatoirement en couple (le tigre qui

se fait chat le temps d’une soirée cinéma). Si le mal est déjà fait, laissez place au doute : elle ne doit pas être assurée d’avoir votre cœur entre ses mains. Elle peut imaginer que vous lui plaisez, vous pouvez disséminer quelques indices qui montreront qu’elle a un peu de valeur à vos yeux, et que ce « un peu » appliqué à vous signifie déjà « pas mal ». Le doute fait travailler l’esprit, et quand une fille a l’esprit qui travaille à propos d’un mec, c’est souvent bon pour lui.

Une dernière pour la route : comme on l’a déjà dit, le « je t’aime » ou le « mettons-nous en couple » n’intervient JAMAIS avant le premier baiser ou/et la première partie de jambes en l’air. Laissez ces pratiques aux films américains et au dernier bouquin d’heroïc fantasy, la vie n’est pas une fiction et les écrivains pour la jeunesse n’ont de toute façon jamais su ce que c’était que l’amour et comment ça marchait (sinon, ils ne seraient pas écrivains : on écrit souvent la vie qu’on n’a pas pu avoir).

Tout n’est pas de votre faute : le complexe d’Athéna

Il y a des filles qui n’aiment pas les filles : elle les trouve superficielles, méchantes, cruches et allumeuses. Taper sur ses congénères est tellement plus simple quand on ne fait pas face à ses contradicteurs. Il faut dire que mademoiselle est aux anges au milieu de ses éphèbes : ils sont beaux, serviables et lui donnent énormément de fun. Ils ne sont pas si mauvais que ça, les bougres : ils l’emmènent dans des soirées mondaines, lui présentent des gens, lui font découvrir des groupes de musique et lui parlent de longues heures jusqu’à tard le soir. Dès lors, répondez à cette simple question : pourquoi diable irait-elle s’encanailler mollement avec de potentielles rivales quand elle a des hommes qui lui offrent amitié et amour inconditionnel sans qu’elle ait à ouvrir les jambes (ou plutôt à les croiser-décroiser comme Sharon Stone dans Basic Instinct … histoire de garder le mâle attentif).

Mademoiselle a le complexe d’Athéna, cette fille qui se fait toujours enlever par le méchant et qui trouve toujours une poignée de benêts pour venir la sauver en bravant quantité d’épreuves. Dans votre cas, c’est de l’ennui que vous la sauvez.

« Je ne recherche rien de vraiment sérieux avec toi ». Vous avez été super, mais c’est quand même game over.

Dans le même ordre d’idées, vous avez les filles que la vie a brisées : enfance douloureuse, obésité juvénile, petit copain odieux ou métier de merde. Éloignez-vous de ces gens : leurs complexes les ont rendus à la fois particulièrement intelligents, retors et toxiques. Ils aspireront votre énergie pour vous donner de la pesanteur en échange, autant de souffrances et de problèmes dont ils se délestent sur votre dos, quand ils ne les feront pas carrément naître à l’intérieur de vous en jouant sur vos faiblesses SANS que vous vous en rendiez compte. Ne vous étonnez donc pas qu’une fille qu’un homme a brisée vous explique comment elle se fait défourailler par le premier mec venu en sachant pertinemment que vous êtes amoureux d’elle : c’est ce besoin post-rupture de revanche sur le sexe opposé (de préférence sur un membre faible de ce sexe, auquel elle ne fait que semblant de tenir). Vous savez, celui qu’on a tous eu après une relation longue et prise de tête : « les filles sont toutes des garces, je tromperai la prochaine« . Sachant ça, votre déclaration faite, ne venez pas pleurer si ce soudain rapport de domination écrasante a été mis à profit pour faire de vous un cœur passé au mixeur.


« Reste loin des gens brisés par la vie ». C’est le conseil le plus important de votre vie (on ne blague pas).

Comment sortir de la Friend-Zone

Autant vous prévenir que ça ne sera pas facile. Si vous êtes enlisé jusqu’au cou, ça pourra prendre des mois et des mois pour en sortir, le mécanisme étant sur plusieurs points similaire à celui d’une rupture. Dans tous les cas, ne brusquez pas les choses : pas de déclaration à froid, de chantage affectif ou de survirilité mal placée. Ce n’est pas parce que vous vous rendez compte que vous vous faites un peu beaucoup pigeonner depuis le début qu’il faudra la jouer mec qui se découvre d’un coup des valeurs trop profondes pour être pigées du commun des mortels. Tout est de votre faute, vous êtes votre propre bourreau : vous auriez pu gérer la situation autrement et vous avez choisi la maladresse et la facilité. N’oubliez jamais ça et n’essayez même pas de la jouer « mec froid qui finit ses SMS par des points parce qu’il t’en veut mais ne te dira pas pourquoi, t’as qu’à deviner, petite bitch« .

La mission, si vous l’acceptez, sera de passer progressivement du « il est comme un frère à qui je peux tout dire » à « c’est un bon pote, on rigole bien », puis à « c’est un pote et on se tripote » pour embrayer sur « putain, c’est un super coup, si j’avais su plus tôt ». Pour ça, pas de secrets : créer de la tension sexuelle. Attention, il ne s’agit pas de faire la blague de Toto se masturbe, mais d’oublier toutes vos prédispositions à être un eunuque. Et pour ça, suivez le guide :

Éloignez-vous d’elle

On ne t’a pas dit de t’éloigner au lieu de jouer au repose-coudes ?

N’ayez pas peur de perdre quelqu’un parce que vous vous en éloignez : le danger vient plutôt de l’excès de proximité. Petite soeur, amie, amante ou femme mariée : mettre une femme dans une cage est le meilleur moyen pour qu’elle cherche à s’enfuir.

S’éloigner, c’est permettre la retrouvaille, comme un boomerang qu’on rattrape en plein vol. Vous devez être comme un Michéa ou une Bjork, dont les rares passages dans les médias leur font gagner de la valeur. Tout ça a contrario d’un BHL dont l’omniprésence en font des cibles qu’on aime à haïr (bon ok, à raison).

Ainsi, si vous aviez l’habitude de combler ses plages d’ennui 3 fois par semaine à la sortie du boulot, il vous faudra vous faire à l’idée d’annuler de plus en plus fréquemment ces moments sans folie (comme siroter mollement une pinte de bière, toujours dans le même bistrot à côté de chez elle). Ce n’est pas en multipliant les interactions que vous multipliez les chances de conclure : au contraire, vous les diluez dans un grand bain d’ennui sucré-gâté.

Fille : Salut ça va ta journée ? Je sors bientôt du boulot, journée épuisante. On va boire un verre ?

Vous : Aha, petite nature, j’ai un feu d’enfer perso. Tu m’invites ? 🙂

Fille : Lol ok, même heure même endroit que la dernière fois, dans le bar qui fait l’angle ? Je suis fatiguée j’ai la flemme de bouger

Vous : C’est vraiment parce que c’est toi. On se voit tout à l’heure 😉

Une heure plus tard…

Vous : Oups, je ne peux pas ce soir, la fille dont je te parlais la dernière fois et moi on doit aller à une soirée, je te raconterai. On remet ça pour la prochaine fois, ma pinte attendra. Bonne soirée et désolé 🙂

Cette même scène répétée deux trois fois, vous finirez par la torturer de questions, elle qui en avait si peu : « J’ai fait quelque chose de mal ? Pourquoi me délaisse-t-il ? Je ne suis plus assez bien pour lui ? Je ne l’intéresse plus comme avant ? ». Elle pourra aussi s’en foutre complètement, chose qui, si elle n’est pas simulée, voudra de toute manière dire que vous ne valez pas grand-chose à ses yeux.

Elle pourra aussi voir très clair dans votre jeu et trouver ça horriblement ridicule, alors soyez subtils.

Ne la jouez pas cador et adjoignez cet éloignement d’un (ou plusieurs) réel(s) changement(s) dans votre vie : un sport, un projet, une association, une création d’entreprise, un groupe de musique, de nouveaux amis et les soirées qui vont avec… vous ne voudriez pas quand même pas qu’elle pense que vous vous êtes réfugié dans Diablo III ou un alcoolisme de célibataire déprimé ? Parce que ça n’a de charmes que quand c’est Bill Muray. Vous n’êtes pas Bill Muray.

Déconsidérez-la

Il va falloir arrêter de croire que son entrecuisse encore quasiment vierge (sic) a le gout de marshmallow. Vous ne devez pas hésiter à entretenir avec elle une relation profondément humaine, c’est-à-dire vivante et stimulante, faites de petites rivalités, anicroches et rapprochements. Vous n’êtes pas à la télé, vous n’avez pas à nécroser vos paroles de bien-pensance avant de les faire sortir de votre bouche.

Il vous faudra apprendre à être aussi spontané qu’un gosse, ce même sale gosse que vous avez oublié d’être en faisant de vos rapports homme/femme ce que vous avez fait de votre vie professionnelle. Avec cette fille et avec toutes les autres, vous n’avez pas besoin d’être un père, mais ce qui se rapproche le plus d’un potentiel amant. N’oubliez pas que la rencontre est une renaissance, pas un ennuyeux panégyrique fait de protection et de petites gentillesses intéressées.

Il sera donc plus stimulant pour elle que vous jouiez avec votre attirance. Si la déclaration est un suicide, vous ne devez pas non plus avoir peur de prendre quelques risques : il y a une grosse différence entre montrer que l’on désire une femme et montrer que l’on a besoin de profiter de l’entrejambe d’une femme. La différence, c’est le jeu : à savoir, quand vous êtes sexué et que vous soufflez le chaud et le froid. Faites donc une déclaration d’amitié, mettez-la outrageusement dans la « sister zone » (« ah mais non, ça marchera jamais toi et moi, tu ressembles trop à ma soeur… et puis t’as vu ta petite peau de bébé et tes cheveux soyeux ? J’ai trop de potentiel pour avoir envie de plonger pour détournement de mineur« ) avant d’enchaîner sur quelque chose de caliente. A ce petit jeu de la confusion, il ne faut pas hésiter à jouer l’art du flirt… sans jamais être lourd, ai-je besoin de le préciser ?

À force de lui avoir fait battre son petit cœur à la chamade et lui donner envie de vous plaire, elle finira par craquer. Arrivé à ce stade, vous allez j’en suis sur lâcher votre attention : soit vous allez considérer que son craquage est une « vengeance » suffisante pour votre égo, soit que vous êtes allé suffisamment loin pour redevenir un gentil garçon. Dans tous les cas vous allez tout faire foirer et donner une mauvaise image de vous-même. Restez un challenge, vous êtes allé trop loin et il va falloir maintenant assurer jusqu’à vous chamailler nu dans un lit.

Voyez d’autres filles

Vous êtes toujours autant amoureux de cette amie ? Rassurez-moi, vous n’en êtes quand même pas à jurer fidélité à vos amours unilatéraux ? Non parce que si c’est le cas, vous allez devoir la « tromper » (toujours unilatéralement). Ca a deux intérêts majeurs :

– Vous allez-vous faire la main plus efficacement que sur YouPorn, c’est-à-dire : mettre en pratique les conseils de vos Bâtards Sensibles préférés en vous prenant dans la gueule échecs formateurs et réussites plus énergisantes qu’un shot d’épinéphrine en intraveineuse. Vous devez vous planter et réussir comme un gamin qui marche et qui tombe. Bâtard Sensible n’est pas une notice Ikea, et la vie non plus. On apprend de ses expériences, vous avez oublié ?

– Vous allez la rendre jalouse, horriblement jalouse. Même si vous ne représentez pas grand-chose de bankable pour elle, il doit y avoir quelque chose dans nos petites éducations occidentales qui fait que nous ne supportons pas de ne plus être le centre du monde de nos anciens groupies. Le coup porté à leur petit égo peut les rendre à ce point irrationnelles qu’elle seraient capables de réenvisager votre déclaration maladroite à la lumière blafarde d’une contre-soirée en cuisine.

Adjoignez vraiment la parole au geste !

Passe encore que vous grossissiez l’avancement de votre alter-relation ou le volume de sa poitrine, mais que vous vous inventiez une romance tirée de vos séries américaines favorites, ça ne tient pas deux secondes sous l’oeil aiguisé d’une fille habituée aux mensonges et autres truchements de la réalité. Pour bien lui faire comprendre que vous fréquentez quelqu’un, n’hésitez pas à lui poser des questions sur les relations hommes-femmes (« tiens, j’en discutais avec une amie au Pop In hier : qu’est-ce qui t’attire le plus chez un homme ? Un physique avantageux, ou un gros niveau d’énergie ? »), la séduction ou les lieux cools à fréquenter. Faites aussi des allusions positives sur les autres femmes : votre collègue de bureau qui vous a invité la veille pour l’aider à choisir sa déco ou votre nouvelle voisine que vous trouvez toute mignonne. Et tout en subtilité, s’il vous plaît : ne lui balancez pas ça comme ça en guettant sa réaction comme on attend la suite de Prison Break. Non, allez-y mollo : amenez subtilement la discussion sur un sujet connexe, et embrayez sur « En parlant de déco, je me posais une question sur l’accord des couleurs dans un appart. Une collègue de bureau trouvait que j’avais de l’oeil et m’a proposé de relooker son studio, alors j’aurais voulu savoir si, à ton avis, le beige et le bleu, ça va bien ensemble, et blablabla ».

Ne lui racontez pas non plus que vous tissez l’amour parfait avec une autre femme sauce « Disneyland Resort Paris ». Jouez toujours sur l’ambivalence et l’innocence feinte. N’oubliez pas qu’une femme sait ce qu’elle vous fait subir quand elle vous parle du beau brun du quatrième étage, et qu’elle est à ce titre bien placée pour déceler ce genre de manoeuvres de votre part.

Maintenant que vous avez la balle, elle n’est pas dupe, alors ne perdez pas la main…

 Comment conclure avec votre ami ?

Vous travaillez au corps votre amie depuis maintenant deux mois (au sens figuré… pour le moment) : vous voyez d’autres filles, pratiquez un sport qui vous motive et vous vous rendez compte que vos relations sociales évoluent dans un sens ma foi fort appréciable. A ce stade-là, votre amie ne sait plus si elle vous aime ou vous hait (elle comprend qu’elle perd le jeu après l’avoir gagné trop facilement pendant trop longtemps) ; de votre côté, elle a perdu à vos yeux sa saveur d’antan et vos fantasmes passent des odeurs de kermesse aux poissonneries du marché de Rungis. Bref, êtes-vous toujours sûr de vouloir passer le cap ? Le monde regorge de jeunes femmes alertes, intelligentes, au regard pétillant et aux références culturelles satisfaisantes sans être jamais optimales. Vous êtes face à un choix. Il est le moment de choisir la bonne pilule, comme dans Matrix : rouge ou bleue ? Réalité ou rêve oublié ?

Inviter sans romantisme

Première étape à l’acte final : invitez la … mais pas solennellement par pitié !

On n’invite JAMAIS une fille en lui disant « Tu veux boire un verre avec moi ? Je t’invite ». En faisant ça, vous vous positionnez comme la personne qui demande, qui mendie une présence, qui laisse à son interlocutrice avec son « Tu veux » le choix du refus et qui se propose même d’inviter, perdant par-là tout sens de la retenue. Embarquez-là plutôt en chemin, donnez-lui envie, vendez-lui un moment pêchu où tout peut se passer : « Hey, y a une ambiance démente à la Perle là, faut que tu voies ça de tes propres yeux, là y a deux grandes folles qui vendent du rêve alors saute dans un métro et laisse tes Louboutin au placard » ou encore « Hey, ce soir je vais tester un resto qui vient d’ouvrir et qui envoie du lourd à ce qu’on dit, le chef est franco-thaïlandais et j’ai envie de voir à quoi ça ressemble 🙂 si t’as faim, enfile ton sac et saute dans un métro », etc. L’idée n’est pas que votre soirée soit dictée par sa volonté : il faut que même si elle refuse de venir, vous y serez (si ce n’est pas déjà le cas, et en compagnie d’autres filles, dont la présence peut aussi être sous-entendue tout en subtilité). C’est beaucoup plus confortable pour vous comme pour elle de ne pas être confronté à un dilemme qui vous lie à la première personne du pluriel.

Bon bref, vous avez votre petit moment à deux sans que ça en ait trop l’air.

Si vous êtes avec des amis, trouvez un moment opportun de la soirée pour l’isoler.

S’il fait bon, quittez le lieu et baladez-vous (parc, quai, belle rue, petit bar secret, magasin, chez vous pour écouter des disques). L’idée est de trouver un moment pour faire descendre le rythme en down tempo, vous rapprochez, créer du silence et réduire les distances. La meilleure déclaration que vous puissiez alors lui faire, ce n’est surtout pas un poème ou une supplique en bonne et due forme, mais de l’audace et surtout, de l’action concrète. Parlez d’une voix grave mais douce, en la regardant dans les yeux de plus en plus d’emphase et de désir d’homme sûr de sa force et heureux d’être là. Souriez et rapprochez-vous en continuant à lui parler… et embrassez là.

Fin #1 : Réussite totale

Vous vous embrassez, la température monte comme si vous attendiez tous les deux ça depuis 2 ans (comment ça, c’est vraiment le cas ?). Vous commencez alors à vous envoyer régulièrement en l’air en maintenant cette ambivalence amitié-amour (« fuckfriend« , que ce mot est laid), et si vous vous débrouillez bien, vous finissez par former un couple avant même que vous vous en rendiez compte. Voilà, votre fantasme a la bague au doigt : vous pouvez vivre heureux, casé, avec un labrador et une Citroën Picasso dans un pavillon de banlieue. La vie est belle, pas vrai ?

Fin #2 : Réussite avec gêne et flou relationnel

Vous vous embrassez, mais ça reste hésitant. Faut dire qu’elle ne comprend pas très bien ce qu’elle fait. Elle est déchirée entre l’envie, l’hésitation et l’idée d’avoir peut-être fait une bêtise de trop. Elle sait qu’elle a perdu à la fois la bataille du flirt et un ami (transformé, l’espace d’une seconde ou d’un an, en amant accompli). Soyez rassurant et mettez un peu (seulement un peu) en pause votre rôle de connard. Le lendemain ou après quelques jours de silence, vous allez certainement avoir droit à une petite discussion. Ne vous y attardez pas trop, baratinez-la un peu : dites-lui que ça s’est passé parce que vous en aviez tous les deux envie dans le fond ; que vous vous êtes rapprochés l’un de l’autre naturellement ; que ça peut valoir le coup de voir où ça va, parce que toute expérience est bonne à prendre de nos jours ; que vous êtes toujours là et que vous n’avez pas disparu dans un nuage de fumée ni ne vous êtes métamorphosé après vous êtes embrassés… en clair, continuez à être un peu joueur, et la relation s’installera progressivement. Je sais qu’à ce moment-là vous avez l’impression de faire des avances à votre petite sœur, mais on vous a prévenus que c’était freak de sortir avec une amie.

Fin #3 : Échec sur une erreur de timing

Elle esquive votre baiser un peu désorientée.
SURTOUT, PAS DE PANIQUE. Vous ne devez jamais paniquer dans un moment pareil, c’est très souvent rattrapable, peu importe l’homme et peu importe la femme que ça concerne dans tout le cosmos.

Jouez-la cool, pas de sermon ni trop de questions, enchaînez la discussion. Rien ne s’est passé, une petite erreur sur le moment (ne bégayez pas « mais… euh… je croyais que » et autres horreurs, elles ont des réponses toutes faites à ça). Inspirez-vous de l’article « Le guide Vice pour pécho des meufs », parce que dans ces cas-là, pour s’en tirer, il y a des petites phrases Carglass : « D’accord. Et si on remontait le temps jusqu’à juste avant que je fasse ça ? », « Bon, bon, petit écart de conduite, pas grave, rien ne s’est passé, on enchaîne, je vais chercher une bière, je t’en ramène une ? », « D’un coup je t’ai trouvé si femme avec ce coup de vent dans tes cheveux, ça m’a donné envie de t’embrasser » ; si vous ne connaissez pas trop la fille vous pouvez être plus taquin : « Hey, toi, t’aimes bien jouer » puis rempiler sur la conversation. Ce qui s’est passé, ce n’est peut-être rien : vous avez fait une erreur de timing ou elle se sent pousser un bouton de fièvre. Quand une fille refuse le baiser, ça peut parfaitement vouloir dire « pas tout de suite, dans dix minutes plutôt« . Vous aurez d’autres occasions (peut-être même dans cette soirée) de la ré-embrasser. Si par contre elle fait des grands yeux et que votre damag control n’a pas marché, vous êtes dans la quatrième catégorie, une ligne plus bas. Bon courage…

Fin #4 : Échec total

Elle esquive et vous dit qu’elle n’apprécie pas du tout votre geste, qu’elle pensait que c’était clair entre vous (d’un air sévère et déçu, ce n’est pas du minaudage).

Vous avez mal jaugé votre coup, vous n’êtes pas encore au niveau ou vous ne l’intéressez vraiment pas, qui sait, à part Dieu le père ?

Vous pouvez voir à titre d’observation comment ça évolue dans les jours qui suivent. Peut-être que ça aura fait son chemin dans sa tête et qu’elle deviendra plus ouverte à vos sollicitations.

Il y a quand même de fortes chances que ça sente le sapin. Ne vous acharnez pas, ramassez les miettes de votre cœur et faites-vous à l’idée qu’elle ne sera jamais la mère de vos enfants. Ne prenez pas ça en rigolant, en boudant, en faisant du chantage affectif ou en vous mettant en colère. Je vous vois déjà venir à vouloir sortir par la grande porte : « non je ne veux pas qu’on soit ami, j’ai déjà plein d’amis et avec toi je veux que ça aille plus loin. Si ne t’es pas contente, désolé, c’est comme ça, moi c’est tout ou rien, alors adieu, Caroline ». C’est aussi RiiiiDiiiiCùùùùùùLeUUUUh dans cette situation que la manière dont je viens d’écrire ce mot (c’est dire…) : vous étiez amis, et vous la balancez aux oubliettes comme un gamin blessé parce qu’elle refuse de vous laisser goûter à l’odeur de sa peau ? Assumez d’avoir merdé, votre amie sera aussi gênée que vous et elle n’est en rien responsable de ce moment d’égarement. Inutile aussi d’essayer de recoller les morceaux pour rafistoler un semblant d’amitié, vous êtes allé trop loin pour retourner en arrière.

Ne vous faites pas d’adieu, soyez digne et droit, comme un homme ; et laissez enfin le temps faire son oeuvre en vous éloignant peu à peu l’un de l’autre. Peut-être qu’à vos trente ans, vous serez tous les deux plus mûrs. En attendant, vous avez Bâtard Sensible et son forum pour noyer votre chagrin dans d’autres femmes (et les moments passés avec d’autres femmes que celle que vous convoitez sont des moments savoureux de mélancolie, l’air de rien).

Fin #5 : Échec par manque de courage

Vous ne l’avez pas embrassée, vous n’avez pas osé et vous n’osez pas là encore. Votre petit jeu va durer et elle va finir par y voir clair avant de se lasser. Un matin, elle passera son statut sur « En couple » sur Facebook et il ne vous restera alors que votre bite bien dure et bien veineuse de lonely jerk pour pleurer sur votre manque de couilles devant YouPorn (YouPorn, encore et toujours : c’est la béquille du petit homme moderne).

Comment entretenir une relation amicale saine avec une femme ?

Avec un titre pareil, vous vous attendez probablement à lire un gros tissu de bullshit de pédopsychologue, mais j’ai de meilleurs plans pour vous. Je ne vais pas vous apprendre à vous faire des amies, plutôt à faire en sorte que vos amitiés homme-femme ne tournent plus à la friend zone. Il y a pour ça un travail à faire sur vous-mêmes, et surtout sur votre capacité à choisir pour amies des filles saines d’esprit.

Et si vous reconsidériez l’amitié ?

« L’amour commence par l’amour ;
et l’on ne saurait passer de la plus forte amitié qu’à un amour faible. »
Jean de La Bruyère

Magnifique phrase de La Bruyère dont vous ne pouvez qu’accepter humblement la vérité cosmique. Il est facile de séduire une nouvelle fille, mais pas de corriger les sentiments et « erreurs commises » au cours de votre semi-amitié homme-femme. Évitez donc de tomber amoureux de toutes les filles qui s’approchent de vous parce ce que vous faites, c’est juste tendre un piège affectif, un « friend trap » qu’elle retournera contre vous. Soyez clair dans vos sentiments : amitié ou amour, ne mélangez pas tout.

Ne devenez pas un de ces monstres qu’une génération de mauvais sites de drague a créés. Des mecs prêts à nier la moindre possibilité d’amitié parce que pour eux il serait trop humiliant de ne pas pouvoir féconder toute fille qui s’approcherait à moins de 100 mètres de leur longue entrejambe. Non, votre égo n’a pas à souffrir de « n’être juste qu’un ami » aux yeux des femmes qui comptent pour vous, à condition que vous sachiez entretenir et gérer une relation équilibrée. L’amitié, la vraie, ce n’est pas porter les sacs de la dame, accepter d’être mouché sans répliquer ou devenir son psychologue attitré tous les soirs au téléphone. Et ce quoi qu’en dise la théorie de l’échelle qui, si elle a ses avantages et ses brillantes démonstrations pour elle, n’en reste pas moins par trop catégorique quant à l’impossibilité d’existence d’une amitié, sinon entièrement et éternellement dénuée de toute période de « désir » unilatéral ou bilatéral, du moins saine et enrichissante pour vous comme pour l’amie concernée.

L’amitié homme-femme n’est pas qu’un principe, elle a aussi ses avantages cartésiens : avoir un avis féminin pour nuancer votre jugement, disposer de l’appui d’une femme pour pouvoir en séduire d’autres, rencontrer ses copines, et plus simplement fréquenter quelqu’un de cool. La moindre des choses que vous puissiez  faire à ce moment, c’est lui rendre la pareille : aidez-la à draguer d’autres hommes sans avoir l’impression d’être « the amazing gay friend« . Tout sera une question d’équilibre et de services rendus, comme dans toute amitié (je me sens tout d’un coup très Friedmanien).

Bref, n’oubliez pas : tâchez d’être maître de vos sentiments et de votre vie.

zp8497586rq
Chelsea were the latest club to wake up to that on nfl jerseys cheap Saturday. A few hours after their players had beaten Manchester City at the Etihad to remain on top of the Premier League, their directors released a lengthy Replica Oakley Sunglasses statement that included an apology to Gary Johnson, the former player who cheap nfl jerseys Cheap NFL Jerseys China has claimed he was abused by Chelsea’s former chief scout, Eddie Heath.In many ways I feel that as consumers we are responsible for news inaccuracies and apparent downward spiral in quality. Perhaps we need to ask ourselves do we really need 24/7 news? Do we need sky news or the abc constantly talking about an issue all day and all night? Is there always that much to be said about?The survey, which draws from several databases, is random in that the NFL is not picking entirely from a pool of people who have already identified themselves as football fans. However, the league is aiming the questionnaire at potential premium customers who are more likely to cheap football jerseys buy suites, club seats or season tickets, as opposed to the occasional game ticket.If there’s one repeated criticism of Madden, it is that there can there be too much wholesale jerseys to choose from, whether it be game modes, career options or online gameplay. Madden 17 is Fake Oakley Sunglasses no different, but luckily the excellent in match experience and realistic environments shine through to deliver yet another success.Among these Einstein strays, hundreds have taken up residence in the underground metro stations and have freaking learned how to travel their territories via subway train. They’ll stand and wait for the train, just like everyone else, then sneak on, go to sleep, and get off at their stops. Day after day. Scientists figure they use smell and the recorded names of stations to navigate.Important, too, are the stories that show that even men like Vince Lombardi, a true legend, were not perfect. In a moment of self criticism, Lombardi once reflected on his near mishandling of all time great Herb Adderley. « I was too stubborn to switch him to defense until I had to, » he said. « Now when I think of what Adderley means to our defense, it scares me to think of how I almost mishandled him. »If indicated by your embroidery instructions, make a threaded running stitch. To do so, carry the needle in and out of the material along the line of your design using small, even stitches. Make several stitches with your needle before pulling the thread through the fabric. Next, using a thread of a different color, weave the thread in and out of the running stitches previously made.

Mais qui est Laurent CARDON ?
Dissidence de salon et mauvais sentiments. Vous n'aimerez pas m'haïr, vous haïriez m'aimer. Retrouvez le sur Twitter ou Facebook

51 réponses au sujet. Parlons-en !


  1. Stéphane M

    La Friendzone. Vaste débat. Et en quoi on pourrait pas avoir d’amie? Déjà ce qui me gonfle c’est qu’on met toujours la faute sur les gars qui devraient tout faire et si ça merde toujours les fautifs.

    En mai j’ai connu et suis sorti 2 mois avec une fille(36 moi 43) super sympa,pour une fois pas à distance et bcp points communs. Malheureusement juste après une rupture après 2 ans et j’étais en déprime (psy) et très froid, distant, besoin plus de réconfort qu’autre chose. On a couché 5/6x super cool.
    Fin juillet, elle a arrêté aussi dit elle par sa faute (travail sur elle) et à la demande de garder juste de sexe elle a pas dit non (50/50).
    C’est si rare le »peut-être » que j’ai compris « quasi oui » et ca m’aiderait car pour le moment tellement cassé que pas prêt pour nouvelle rencontre doncpas de sexe, ni affection et depuis 2 mois et demi, dur(commencé ma vie sexuelle il y a que 9 ans car timide). Me bat contre problème dépendance affective, estime et confiance en soi, elle le sait.
    On s’est revu après 2 mois mais tjrs rien. Toujours pas « non »,elle repousse ts les mecs, elle en a marre des queutards pourtant elle est assez « chaude « .
    Elle me dit que ca pourrais arriver mais pas attendre (mais moi pas prêt à rencontrer une nouvelle personne).
    Si elle voulait pas, elle dirait non.Comme bcp de filles à la rupture.
    Mais là dure de la taquiner sexuellement car elle met tjrsla barrière (pour les sentiments et son travail en kinésiologie).
    Puis je espérer du sexe même light(massages, affectif, sexe oral)car si pas NON,c’est que jela dégoûte pas?? Là, c’est amitié et discussion ouverte et franche sur tout !
    Cela dit, il y a certaines règles qui régissent les rapports humains ou hommes /femmes. Certes flexibles mais si elles sont connues, c’est bien que dans la généralité elles sont justes.

    A ce propos de trop s’épancher sur nous, sur certains problèmes.
    En amitié pourquoi pas,si le feeling est très bon et que ca soit des 2 côtés (pas un super réservé et l’autre qui s’épanche un maximum) mais quand on voit l’autre autrement il faudrait pas. Paraît il.
    Pas jouer les confidents, les psys ou l’écoute trop compatissante.

    Alors déjà, mais ça, c’est personnel, quelqu’un qui s’ouvre, cela montre une confiance qu’on me porte, le fait d’être à l’aise et ça donne évidemment envie de la rendre !
    Ensuite, ça montre que la personne est consciente des points plus négatifs de sa vie(sans forcément être des problèmes) là où 80%(90%?)des gens vont même pas se poser de questions ou éluder ces points quittent à rester dans un mauvais schéma de répétition toute leur vie

    Nous sommes dans une société hypocrite ou tout doit aller au top, surtout pas montrer ses faiblesses sauf que derrière le bel emballage, l’intérieur est parfois nettement moins alléchant ou prometteur.
    Mais ces gens, auront obtenus au moins un moment, ce qu ‘ils voulaient, dans divers domaines de la vie par ailleurs…

    Je suis peut-être trop naïf ou gentil mais une personne qui est consciente de certains points à améliorer (comme moi ou toi, même si c’estpas identique ; pas sur la vie sociale, professionnelle, familiale, mais plutôt sentimentale (avec recoupement possible…)) et qui, EN PLUS à des recours à des aides ou en auto-didacte; ça va plutôt être rassurant puisque ça veut dire que l »autre prends sa vie en main et que si elle ou il est bien et attirant ou intéressant maintenant, il ou elle le sera encore davantage au fur et à mesure de son avancée!!!

    Et pourtant j’ai nettement l’impression que de plus en plus des aveux de faiblesse sont rédhibitoires même si chacun aura des tas d’exemples de beaux-parleurs, d’une façade clinquante nettement moins reluisante à court ou moyen terme.

    merci



  2. Jayw92

    Bonjour je me reconnais bien dans l’article je suis amoureux d’une amie aussi j’explique je me suis inscrit à un club d’art martiaux et la plupart du temps il faisait des cours chez lui et c’est là que j’ai rencontré sa fille ( enfin plutôt retrouvé cette fille puisqu’elle m’a ajouté sur face et me disais qu’ont jouait ensemble quand ont été petit avec son cousin que je connais bien ) ont à commencer à parlé chaque jours et puis ont a commencé à s’envoyer des mots doux des coeur ont été près à se mettre à 2 mais pour une raison ou une autre elle a changé d’avis et depuis ont est resté amis les mois ont passé et elle est revenue ont a commencé par se voir et tout et un soir elle m’a dit par sms qu’elle pense qu’on pourrait finir notre vie à 2 j’ai dit prenons notre temps mais à force de la voir de faire des sorties et tout moi je suis tombé fou amoureux d’elle mais elle ne ressens pas la même chose et j’ai appris qu’elle était avec quelqu’un qui au final la trompé et sa je sais que ça l’a blessé profondément bref ont c’est éloigné j’ai fait comme dans votre articles fâché je voulais plus la voir mais je n’arrêtais pas de penser à elle espionner son face ( pathétique je sais ) mais ont a discuté et depuis ont se voit régulièrement je suis bien dans la friendzone je lui ai demandé récemment elle dit qu’elle voudrait bien mais qu’elle ressent de l’amitié et je sais pas si sa peut changer je suis perdu.


  3. j’ador votre cite



  4. LL

    PUTAIN ELLE S’APPELLE CAROLINE ;(



  5. Deltot

    Bonjour,

    Voici mon cas personnel. Avant d’entrer dans les détails de la chose, je dois parler un peu de ma vie personnelle.
    J’ai 27 ans et suis un jeune homme doté d’une forte timidité. J’ai toujours eu une vie assez minable à mon goût… Enfant j’étais hyperactif et respirais la joie de vivre. J’avais des amis.Arrivé au collège , l’enfant turbulent s’est fortement calmé , assagi , et là les ennuis ont commencés. J’étais en surpoids (pas excessif , mais assez pour être appellé Le gros ou Bouboule) , et les moqueries ont commencées. J’avais encore quelques amis , mais même eux trouvaient drôle de m’enfoncer sur des détails physique…Depuis cette époque , j’ai énormèment de mal à avoir confiance en qui que ce soit. Je n’ai plus eu de gens que je pouvais considérer comme ami.Je me suis alors renfermé sur moi même et me suis mis à jouer aux jeuxvideos. Je n’avais plus de vie sociale.J’ai obtenu un bac scientifique , mais par la suite , j’ai tenté de nombreuses formations et études , et j’ai toujours échoué , manque de motivations , de force , d’envie. Je me sentais mal avec les autres , je ne pouvais faire confiance à qui que ce soit. J’étais mieux à rester devant mon pc.J’ai fais un DUT en génie biologique , un DUT en génie informatique , raté car ca me plaisait même pas.J’ai tenté la formation aide soignant car ce me plait , mais j’ai échoué aussi , je stressais trop facilement , trop lent , pas assez dégourdi.Durant toutes ces formations je n’ai jamais réussi à me faire d’amis.Aujourd’hui encore , je suis seul , seul avec moi même , et mon pc , et ma mère. Une mère elle même dépressive qui passe son temps à me critiquer , et me fait même complexer sur des choses absurdes , comme ma virginité.27 ans , toujours puceau et n’a jamais rencontré l’amour , je ne suis jamais tombé amoureux.D’une autre part le sexe lui même me fait peur. Enfant , (5 ou 6 ans) , j’ai été abusé par ma cousine de 12-13 ans qui me faisait la toucher de partout , allant même jusqu’à me demander de lui mettre des épignles aux seins ou au sexe. Bonjour les dégats pour un gosse. Aujourd’hui encore je sais que si cela venait à arriver , ma première fois , je paniquerais sûrement.D’autant plus que je suis vieu jeu peut être , mais je ne veux pas baiser pour baiser , je veux que les sentiments soient la.Toutefois les remarques et la vision de la société sur cela me font complexer sur cela.Je disais jamais tombé amoureux , toutefois… Juin dernier , alors que j’étais proche du fond du gouffre , je m’étais enfermé complètement dans un jeu en ligne massivement multijoueurs. Et sur ce jeu , j’ai fais la rencontre d’une jeune femme de 31 ans , mère célibataire. J’avais du mal à parler au début , mais étant très naturelle et cash , à force de me harceler , elle parvint même à me faire acheter un casque. Depuis , on s’échange des sms par dizaine chaque jour , on se tel ou on s’appelle skype presque tout les jours des heures durants , pour discuter ou juste se tenir compagnie. Elle a peu d’amis aussi (même si moi j’en ai pas du tout…). On est très vite devenus les meilleurs amis.Elle a un passé amoureux chaotique aussi , souvent prise pour une conne , ou un coup d’un soir d’ailleurs. Et crétin que je suis , je suis tombé amoureux d’elle , car je me sentais bien avec elle. Elle se plaint souvent de son physique de maman , de son surpoids , mais au dela de cela , moi je vois une femme merveilleuse , drôle , franche et sincère , avec un courage et une force incroyable , elle est plus que magnifique à mes yeux. Elle est pour moi la 8ème merveille du monde. Pour elle me suis mis à faire certaines choses que je ne faisais même pas , me rebellant plus souvent face à ma mère qui n’a de cesse de critiquer cette amie , rigolant plus et étant capable de tenir une véritable conversation avec elle. Moi qui détestais le sport , me suis même inscrit en salle pour changer physiquement , espérant lui plaire plus aisément.Malheureusement quand je me suis déclaré à elle quelques mois après , je me suis fait rejeté. Mais je m’accroche et continue d’espérer. Elle me dit que ses sentiments ne changeront surement pas , elle le sent , mais qu’elle m’aime plus comme une soeur avec son frère. Pour elle je suis son épaule , son confident , son meilleur ami , un frère , mais elle sent qu’il n’y aura pas plus.Pour moi rien n’est figé , et j’espère qu’un jour les choses changeront. On ne s’est jamais rencontrés encore , mais pour moi c’est elle.Je sais au fond de moi que si ce n’est pas elle , jamais je ne pourrais aimer quelqu’un d’autre avec autant de force. Pour elle serais prêt à tout. Je lui ai même déjà envoyé un peu d’argent par deux fois sans qu’elle me le demande , quand je la savais dans la merde , car cela me faisait souffrir de la savoir mal.Je l’aime à en mourir , mais là je craque.Aujourd’hui elle m’a envoyé une longue lettre pour me redire ca , en me disant qu’elle supportait pas que je souffre à cause de cela , et qu’elle voulait m’aider , en tant qu’amie , grande soeur , à construire une vie sociale et trouver une femme qui aura de vrai sentiments pour moi.Sauf que je sais pertinnement que je ne pourrais aimer une autre aussi fort qu’elle. Et même si je rencontrais quelqu’un , elle occuperait toujours une immense partie de mon coeur , je continuerais de l’aimer , et serais surement même plus importante que ma compagne.Je passe mes journées à pleurer depuis des semaines.
    Plusieurs fois elle a essayé de me faire changer d’avis, mais je peux pas… Recement on s’est encore prit le bec assez fortement, elle a voulu rompre le contact car c’était malsain pour moi et qu’elle me fait du mal, et qu’elle le supporte pas, préferant qu’on reprenne le contact quand mes sentiments ont disparus, pour qu’on soit de bons amis. Sachant qu’elle cherche en ce moment à se faire des amis, et à trouver un mec…
    Quand j’y pense j’ai un profond désespoir qui m’écrase le coeur… L’imaginer dans les bras d’un autre me tuerait tout bonnement et simplement…
    Après une longue discussion téléphonique, on garde toujours le contact. Mais je l’aime toujours d’une passion dévorante, et je sais que pour moi, c’est elle que je désire, pas une autre.
    J’ai décidé d’améliorer mon cadre de vie, en reprenant contact avec des amis anciens, ou en faisant du sport, mais j’ai peur…. tellement peur.

    Que dois-je faire ?


  6. Ce site est magnifique j’avoue!



  7. Anonyme

    Je suis amoureuse malgré je ne.voudrai pas laitre et.jai peur.davoue mes sentiment


  8. merci pour votre publication



  9. Marie

    J’ai adore votre article 😉 surtout le « vas te faire foutre Bitch! Tu ne savais pas quoi j’avais imaginé » vu que ce mec s’est crame sur son mur de réseau social devant ses 500 contacts. J’ai plus senti de la peine qu’autre chose et surtout de la honte pour lui. Il pouvait m’avoir et me « cueillir » quand il voulait ce type. Mais il s’y est pris comme un manche des le départ. Rencontre internet. Superbe journée ensemble! Il se la jouait (pas dupe) je trouvais ça mignon mais faut aller jusqu’au bout. Soir même 10 textos avec « désolé de t’avoir tripote des notre premier rdv » euh..puis réseau social. J’aimerai aller dormir, mec! Apres la phrase du mec qui tue 4 jours après « t’as pense quoi de notre rencontre? » (A éviter,please) changer de tof de profil et de personnalite (genre Beau gosse) Il te raconte sa vie jusqu’à te dire qu’il revient te parler (virtuellement) apres s’être brosse les dents. Il te pose des lapins. Tu pars (il te traque ensuite) de nouveau il raconte sa vie. Comme t’es cool, il te crois super a fond dessus et te le fais remarquer genre « poupee , patiente un peu. je suis pas un mec facile= redibitoire= friendzone)Dernière chance (je tends une perche pour un nouveau rdv plus clair et romantique genre « gars, je te pardonne. C’est bon » de nouveau un lapin. Tu lui fais la remarque d’une manière diplomatique et la tu te casses= friend zone. Il vient te chercher comme une gonzesse blessée. Tu lui dis gentiment que t’as ta vie, qu’il est cool. Propose un verre en tout amitié le mois prochain et poliment de faire sa vie a côté du genre « adviendra ce qu’il adviendra » et la il te pourrit sur son propre mur. La honte pour lui!!!!! Initiative= +1 pour le mec. Fixette sur une fille en se la jouant précieux, a ton écoute= fait renverser la vapeur. Aucune absence d’initiative+ trop a l’écoute de la Nana + « genre j’ai une vie de dingue » alors que tu sais qu’il est a fond sur toi+ te raconte son psoriasis= friendzone désolée. Votre article est super. Je me suis trop reconnue dedans.



  10. patricia lima

    Salut Rita, j’ai lu votre message sur site de discussion, comment le Dr Obom ramené votre homme. J’apprécie le charme d’amour Dr Obom fait pour que vous avez fait pour vous. je contacte l’ASLO pour m’aider, et lui ai apporté mon amant dos. Je suis tellement heureux d’avoir mon homme en arrière, mon monde, ma vie, ma fierté en arrière maintenant. tout cela grâce à Dr Obom, si vous pensiez que vous ne pouvez jamais avoir votre amant dos par un lanceur de sorts, c’est un mensonge. contacter le Dr Obom aujourd’hui et vous aurez votre amant retour pour de bon voici son email homeofsolutions1@gmail.com



  11. Snake

    PS: Quand je dis de puis 3 ans, en fait c’est plutôt 1ère année simple connaissance, l’année suivant un peu perdu de vue, même chose pour la première moitié de la 3éme année, ce n’est que depuis environ neuf qu’on s’est vraiment très rapprocher, je lui demandais conseils pour draguer une fille,c’était notre principale sujet de conversation mais je trompais sur celle que je voulais, en fait depuis le début c’était ELLe! Ironie du sort au bout de ces neuf mois passé de manière très lié avec elle, j’ai ‘accouché » de ce que je ressentais mais le résultat tu le connais dans le commentaire précédent 🙂



  12. Snake

    Je me suis totalement retrouvé dans ton texte! Amis depuis 3 ans, après une déclaration ou je m’emmêle les pinceaux, elle dit non t’es un pote.

    Par contre j’ai une question, j’ai fait la boulette de lui dire que je voulais essayer, voire ce que ça donnerais au lieu de dire que j’aime c’est grave? 3 jours plus tard je l’appelle pour lui proposer une bouffe, elle me sort qu’elle rendez-vous avec un autre gars qu’elle a rencontré.

    Qu’est ce que je suis sensé comprendre? Un petit coup de pouce serait la bienvenue car depuis que j’ai lu ton article, j’ai saisi une chose: je pige juste que dalle au filles!
    Gratifies moi de tes conseils grand sage 🙂



  13. Maya

    Super article!! Pendant toute la lecture j’ai essayé de retourner sexuellement la situation… J’ai rencontré l’ami d’un ami il y a 6 mois. Nous étions très attires physiquement. Bref on a dérapé très vite… En pleine période je m’amuse et j’assume mon célibat, je lui ai dis que je n’étais pas amoureuse, évidemment lui non plus… Je pense qu’on a joué au je te fuis tu me suis… Et personne n’a gagné 🙁 ! Après 2 mois de jeu (je me suis affichée avec d’autres devant lui) j’ai envoyé un sms maladroit « je suis amoureuse » réponse: je pensais que c’était réglé… Depuis on fréquente le même groupe d’amis et on se voit 2-3 fois semaines plus sms et conversations de « potes » même s’il m’a dit ironiquement qu’on ne serait jamais ami… Je sens que le petit jeu recommence, bref, si je peux dire vu la longueur du texte 😉 que dois-je faire???? Il y a 6 mois que ça dure SOS!!!!!!



  14. pierre

    Bonjour,

    Je trouve cet article assez pertinent et doté de finesses analytiques et sociologiques pertinentes. Aussi lestement écrit et jamais vulgaire. Cela dit la réalité est souvent cruelle et pour ne pas la subir de plein fouet il faut la rendre vivable. J’ai une formation psychanalytique d’analysant !

    Pour ma part, je suis dans une situation semblable mais beaucoup plus alambiquée. Je suis seul depuis des années, la solitude est consentie et n’a rien à voir avec l’isolement qui est lui imposé. Il y a un peu plus de deux ans, je suis tombé secrètement amoureux d’une femme plus jeune que moi de 13 ans. Elle en a 40. Je n’ai pas pu résister à ses charmes et bien qu’ayant raisonnablement réfléchi à ce que je qualifiais de fantasme. Evidemment, je ne lui ai jamais rien dit de tout cela sachant que dès le début de notre rencontre elle m’a dit qu’elle avait « un ami » et tout de suite confié que la vie de couple « lui fait peur » et d’entrée d’autres confidences sur sa famille ajoutant qu’elle me disait tout cela car elle se sentait « en confiance ». Nous nous voyons très régulièrement et nous nous sommes reçus chez l’un et l’autre. C’est elle qui a pris la première l’initiative.
    Lors de nos rencontres nous échangeons très longuement sur tout et de façon très sincère. Dans un bar, lors de visite d’un musée ou lors d’un concert et même lors de deux journées d’activités professionnelles communes (dispense de formation).
    Elle m’a fait part de ses anciens déboires amoureux passés et m’a juste dit que depuis 3 ans elle avait cet ami qui vit à 600 kms de chez elle. Elle ne m’a parlé que très peu de lui il est vrai que lorsqu’elle en parle je n’insiste pas n’étant pas jaloux par nature et respectant sa/ leur situation par principe.

    Dernièrement, lors d’une conférence où nous devions aller à ma grande surprise, sans m’en prévenir et par conséquent ni me laisser le choix de m’éclipser, elle y est venue avec son ami qu’elle m’a présenté. J’ai salué cet homme. J’ai fait bonne figure et suis resté impassible mais quelque chose m’a profondément atteint. Et la question pourquoi est devenue depuis lors une hantise. Pourquoi me suis je fourvoyé dans cette aventure d’entrée impossible il y a trois ans et à laquelle je n’ai pas pu/ su et ne peux résister.

    Elle semblait particulièrement heureuse et ravie d’être assise entre les deux hommes que nous étions respectivement lors de cette conférences. Nous avons parlé ensuite avec son ami mais personne, en tous cas certainement pas moi, n’a proposé d’aller continuer la conversation autour d’un verre… comme à l’habitude ! J’ai trouvé cet homme simple et agréable dans l’échange mais juste quand nous nous sommes séparés et qu’il m’a dit « au plaisir » en me serrant la main j’ai cru sentir de l’inquiétude chez lui quant à Mademoiselle (elle n’a pas d’enfant et moi non plus) elle n’était que rires et sourires me disant  » à bientôt »

    Sans volonté de conquête de ma part et étant devant le fait accompli, je vais prendre des distances car à défaut j’aimerais qu’elle sache ce qui se jouait/ joue pour moi avec elle et qu’elle n’a apparemment pas vu, senti ou ressenti ou pas. Elle en fera ce qu’elle voudra et peut-être rien d’ailleurs.

    Ici se joue je pense une rupture mitigée d’amitié pour elle de son côté à mon égard et d’amour non déclaré pour elle du mien. Un mélange que je trouve et vit douloureusement et qui a chez moi des conséquences narcissiques évidentes dont je ne voudrais pas qu’elles me submergent durablement.

    Peut-être trouverez vous la position dans laquelle je me suis mis ridicule mais c’est ainsi ? Je ne comprends pas qu’elle ne se soit rendu compte de rein dans mes attitudes. Il est vrai que je suis quelqu’un de discret au demeurant tout autant qu’elle mais avec des personnalités respectives différentes et étant femme et moi homme.

    A défaut d’avoir trouvé une relation d’amour il s’agit plutôt du deuil de celle-ci plus du côté de la mort (à mort/ amour).

    Si vous avez des remarques et des suggestions constructives merci.

    Pierre



  15. Tebolo

    Bravo, excellent article, ça m’a bien fait rire (grâce à l’humour de ton écriture bien sûr) et était très instructif, merci beaucoup, je file lire d’autres articles de ce site, celui-ci étant le premier pour moi 😉
    Merci encore, continuez comme ça



  16. Iam

    Merci pour tes précieux conseils!
    J’ai 42 et je m’intéresse a une fille beaucoup plus jeune (28), évidement elle m’a mis dans sa Friendzone…
    Je me suis juste rattrapé de justesse et j’en suis sorti, (j’avais pas la tête sous l’eau) mai tes conseils m’ont bien aidé a inverser la situation et la elle est dans ma sister zone, sa marche !!
    Merci je repasserais donner des news. C cool !



  17. tarik

    un etre avec des defauts et des qualités…instruits cultivés..tolerent..j ai un cour et un essprit..l apparence ne m interesse pas trompeuse..l ame qui guide l etre qui l oriente celui qui esst par ses instincts peut etre n a pas de place sur la terre.. son coin c est la foret ou plutot il est prisonier dans son corps..


  18. Je suis celibater et je recherche l’amour :donc j’aimerais séduire

    Oceane de belmont



  19. Loriot

    Moui…

    Salut tout le monde. 🙂

    Bon, je suis un vieux croulant qui vous cause (50 piges bien sonnées), mais un croulant en top forme, qui croque la vie à pleines dents et se sent encore pas mal ado dans sa cervelle. Mieux encore : je vis en couple uni, marié et amoureux depuis une quinzaine d’années, ET nous sommes libertins – en principe, toujours à deux. J’ai de vraies amitiés masculines, et quelques féminines aussi. Du coup, je vous livre mon humble avis, à tout hasard. Tiré de mon vécu et de mes plantages, bien entendu. 😉

    Quand je lis « Amour ou amitié il faut choisir (…) », j’ai envie de hurler ! Faites un couple avec une fille et commencez à vous cacher mutuellement des trucs, à avoir votre petit-jardin-secret-qu’on-dit-qu’il-en-faut-un, eh bien super : votre degré de communication entre vous va diminuer, et vous risquez très fort, un jour, d’avoir des problèmes entre vous au point de vous séparer !

    Moi et ma femme, depuis qu’on se dit tout, absolument tout, même les choses les plus intimes (masturbation, envie de jouer un peu avec un(e) autre etc), nous vivons, dans la tête, en TOTALE liberté. Nous connaissons nos différences, nous savons que nos envies peuvent parfois ne pas être synchrones, nous pouvons nous affirmer sans honte ni peur de faire mal, bref, nous sommes en totale confiance. Que du bonheur, le pied intégral ! :-p

    Alors, je vous dis pas ce que je pense des mauvais plans du style « pour la draguer, je vais m’arranger pour la rendre jalouse » !!! Si ça marche, il ressemblera à quoi, votre couple ? Super au début, mais avec la porte laissée au doute, « parce que ça excite » ?! Mais le doute, à la longue, c’est hyper-usant, et c’est un tue-l’amour magistral en plus d’être une souffrance !

    Quoi, vous aimez votre amie, vous voulez vous la mettre en poche par le moyen de la jalousie, donc en la faisant souffrir ?! Tu parles d’un début, lol ! Et après, quoi, elle sera censée avoir confiance aveugle en vous ? Eh bé, mdr… pas s’étonner, après ça, que les couples se défont sans cesse (= aussi mon passé, avant mon couple actuel) !

    So, think again ! 😉

    Amicalement et, bien entendu, sans jugement – juste l’humble transmission d’un vécu perso (et d’autres que moi), en espérant que cela puisse vous aider.



  20. Canatix

    1. Tu prends de la distance
    2. Tu las déconsidère
    3. Tu fréquente d’autres filles
    4. Une fois qu’elle est bien jalouse , qu’elle pense a toi tous les soirs ,qu’elle te voit comme un autre homme , tu l’invite a une soirée ou tester un resto qui vient d’ouvrir et tu l’embrasse



  21. Cassandre

    Aller, je me hasarde à donner mon avis de nana (un peu travaillé, par respect pour l’auteur du billet initial) du haut de mon énooorme expérience de nana. Je suis prête à affronter le jet de petits cailloux. Mais on est des grands maintenant, on peut se parler.

    Si tu es dans sa Friend Zone, il y a une sorte de pacte de confiance qu’elle t’a fait signer, éventuellement un peu malgré toi. Je t’assure que tu peux t’appuyer sur son jugement : elle a sans doute mis des heures à évaluer si tu étais digne de confiance, et la plus versatile de toutes aura remis en question le statut de ce pacte au moins une fois à chaque grand évènement (nouveau statut de célibat, meilleure amie qui se pose avec un mec vraiment bien, « j’ai décidé que j’étais prête à me remettre en couple », etc). Si elle ne t’envoie aucun signe – aucun vrai signe, et comme tu la connais, tu sais de quoi je parle (arrête de te mentir) – c’est que le pacte reste tel qu’il est et que rien ne doit changer. C’est tout. Quand une nana se pose des questions, ça ne veut pas dire « Génial, une brèche, je vais m’y engouffrer de tout mon mètre 80 et on verra si les murs sont extensibles ». Non. Donc souvent femme varie, certes, mais surtout femme décide. Ben oui, c’est pas de ma faute si on a reçu une éducation très anti-viol tout ça…

    Vouloir la toucher, c’est rompre le pacte. Juste le fait de l’envisager, ce sera pris comme une trahison, à laquelle on ne répondra jamais honnêtement « je l’ai remarqué mais je n’ai rien dit, et je t’ai bien consciemment laissé t’enliser dans tes fantasmes aux hormones surdosées parce que je suis une nana et que j’ai besoin d’être rassurée. Et l’assumer en toute franchise me ferait passer pour une manipulatrice narcissique. Aux yeux de mon meilleur pote. Je n’en ai pas la force. ». Ouh la la. Rares, très rares sont celles qui le diront. Par conséquent, c’est aussi de notre faute à nous, les nanas, si les amitiés ne tiennent pas par la suite. On jouera les outrées parce que réellement vexées (« quooaaa je ne suis qu’un morceau de viande, c’est çaaaa »), les timido-modestes parce que réellement flattées, et les je-ne-te-fais-plus-confiance parce que réellement déçues. Et à moins que les 2 partis jouent parfaitement franc-jeu, personne ne sera capable de régler le problème. Si vous avez des amis en commun (bon, j’avoue, c’est un « si » rhétorique), attends-toi à être submergé par l’odeur de l’amertume de votre relation pourrissant dans un non-dit chaud et douillet recouvert d’entre-croisements de cordialité sociale et forcée.

    Mon avis : le seul moyen de sortir de sa FriendZone, c’est d’avoir une autre chance de la rencontrer pour la 1ère fois pour la forcer à refaire son évaluation. Pour ça, tu peux suivre le guide que tu viens de lire. En d’autres termes, tu peux te comporter comme un autre mec. Donc devenir un autre mec. Tu ferais ça ? Et tu crois que ce serait les bases d’une super relation idéale, sérieux ? Qu’est-ce qui vaut la dissolution de ton intégrité et de votre franche complicité ? Non mais réfléchis, qu’est-ce qui vaut l’asservissement, tout court ? (oui ça vaaa, un peu de démagogie en ouverture c’est pas la mort non plus, surtout si j’ai raison)

    La prochaine fois, ne rentre pas dans sa Friend Zone si tu ne veux pas y être, point. Sois doux et franc. Combo magique.



  22. Antoine

    Salut !

    Tout d’abord superbe article, très bien détaillé et facile à comprendre, j’ai quand même réussi à trouver une question à te poser ^^.
    Pour quitter la FZ on doit bien sur tenter de la rendre jalouse et s’affichant avec d’autres filles, justement dernièrement, lors d’un voyage scolaire (où « ELLE » était aussi) j’ai rencontré plusieurs filles vraiment pas mal, je dirais même très belles avec de bons arguments 😉 Elles habitent un peu loin de moi et du coup on aimerait se revoir, on garde donc contact par Facebook en flirtant un peu. Et « ELLE » le sait.

    Du coup c’est le plan rêvé, des filles superbes qui flirtent un peu avec moi et qui veulent me revoir (ça à de quoi rendre jalouse je pense).

    Dernièrement « ELLE » m’a abordé en me demandant, avec un sourire un peu forcé il m’a semblé, si je continuait de parler avec ces filles et si j’allais les revoir bientôt, j’ai quand même trouvé ça louche, mais pas tant que ça sachant que je sors de la FZ petit à petit depuis déjà un moment, je commence à me demander si la technique finit par marcher.

    Du coup pour éviter toute erreur d’interprétation j’ai préféré te demander, car dieu sait que j’en ai fait des erreurs d’interprétation et de débutant. Mais avec « ELLE » j’ai beau voir d’autres personnes j’ai vraiment du mal à l’oublier j’ai donc décider de faire les choses bien et de tenter le tout pour le tout, car j’ai peur de rater quelque chose d’important avec elle 🙂

    J’espère que tu verra ce message et merci d’avance pour ta réponse.
    Antoine


  23. http://images2.wikia.nocookie.net/__cb20130427122541/yogscast/images/5/56/Well_that_escalated_quickly.jpg



  24. Quentin

    « les filles que la vie a brisées : enfance douloureuse, obésité juvénile, petit copain odieux ou métier de merde. Éloignez-vous de ces gens : leurs complexes les ont rendus à la fois particulièrement intelligents, retors et toxiques. »

    Ca, c’est vraiment clichée et réducteur, on dirais une mauvaise morale Disney, où les gens « moches et bizarres » sont nécessairement les méchants. On a tous été brisé à un moment donné, avoir une attitude comme ça, c’est pas seulement ne pas avoir de coeur, c’est de l’ignorance. Mais allons-y, pratiquons l’exclusion, traitons les gens un peu en dehors de la norme comme des parias. Un peu de racisme ordinaire ne peut pas faire de mal après tout.



  25. Nono

    Très bon article, félicitation vous avez bien su décrypter la gente féminine à laquelle j’appartiens ! Du coup je me permet de vous demander l’équivalent pour nous les femmes. C’est que vous n’êtes pas toujours faciles à cerner pour nous non plus ^^



  26. Estrelinha

    Ce texte est magnifique car il est criant de vérité et de vécu pour bon nombre d’entre nous. En revanche, je vais sur un point précis m’inscrire en faux contre un point de vue précis de l’article.

    Je vais surement apparaître méchant mais je ne vois aucun intérêt à vouloir séduire une fille qui vous a mis dans sa Friendzone surtout quand cela a duré assez longtemps et que vous avez déclaré vos sentiments.

    Si cela peut apparaître romantique, si des cas comme celui-ci sont contés dans beaucoup de films, j’estime que c’est une faute en termes de développement personnel.

    Admettons qu’après une déclaration malencontreuse, vous avez compris pourquo vous avez été en Friendzone avec cette fille, vous vous êtes rendu compte que si vous avez été ponctuellement (à l’échelle de votre vie) dans cette situation c’est surtout à cause de « problèmes » structurels chez votre personne (pas n’importe qui est en Friendzone/One-itis d’une fille), vous avez lu, écouté, mis en pratique tous les excellents conseils de ce site, ce qui fait de vous un homme nouveau. Admettons encore que vous êtes amené à rencontrer de nouveau la fille pour laquelle vous aviez un amour fort, franc et sincère qui bouillait en vous mais unilatéral.

    Si elle est toujours physiquement à votre goût, vous avez trois possibilités.

    La première est la meilleure, vous avez rencontré et connu d’autres femmes au sens biblique à tel point que vous êtes heureux en couple avec l’une d’entre elles. Vous prenez des nouvelles avec des questions classiques comme « Qu’est-ce que tu deviens? » et vous vous bornerez à ça car vous n’avez plus besoin d’elle.

    La seconde est décrite dans l’article, la tentative de reconquête en vue de former un couple avec elle, une idée à laquelle, je suis farouchement opposé (dans mon cas précis) pour trois raisons:

    1) L’amour est mort

    Vous aviez fait une déclaration d’amour très romantique (je ne me moque pas, j’en ai faite une aussi!) et elle a sorti une phrase ou plusieurs qui ressemblai(en)t à « Let just be friends », ce qui correspond à un NON. Je veux bien reconnaître que si on a reçu cela c’est parce qu’on est trop gentil, trop honnête, trop disponible, trop ennuyant pas assez attirant mais votre déclaration était (trop sans doute) fortement rempli d’amour et de sincérité et elle a dit NON! Vous étiez peut-être un « vieux mec » ou une merde mais votre déclaration ne l’était pas et elle a dit NON! Un NON sur une chose aussi sérieuse est définitif. L’amour que vous aviez était comme un bébé en gestation, vous avez accouché et tout de suite après elle a tué le bébé. L’amour est mort! L’amour est mort ce jour là et il est inutile de vouloir ressusciter des morts. Une des clés du développement personnel est de se (faire) respecter et ceci implique d’entendre que ce genre de NON est définitif et n’est pas à essayer de faire évoluer.

    2) « Aime moi dans la richesse comme dans la pauvreté, dans la santé comme dans la maladie ».

    Admettons qu’on suit tous les précieux conseils de l’article et on arrive à séduire celle que dont on a toujours rêvé. Le crapaud a réussi à se faire prince pour séduire sa princesse. Il a lutté pour cela, c’est beau et romantique. Seulement dans ce schéma-là, j’ai du mal à voir autre chose qu’une femme qui a refusé un homme quand il n’était pas intéressant pas, pas attirant et qui a accepté le même homme une fois que celui-ci est au top, une fois que sa « valeur » a cru. Ce genre de cas est l’une des plus grandes preuves de superficialité qui existe. Je suis désolé mais j’ai trop de fierté pour me mettre en couple avec une femme dans ces circonstances-là. Ceux qui te refusent quand tu es moins au top ne méritent pas d’être avec toi quand tu es « in ».

    3) De toute façon, vous ne l’aimerez plus vous même

    Vous avez été en friendzone de cette fille pour bien des raisons liées plus à votre propre personne que par rapport à la fille elle-même. Or, si vous avez appliqué tous les conseils prodigués ici, vous avez une vie bien remplie dans laquelle vous êtes heureux puisque vous vivez vos rêves, avez des loisirs intéressants, un boulot intéressant, vous rencontrez un bon de nombre de femmes intéressantes avec lesquelles vos relations sont allées bien plus loin qu’avec cette fille. Avec tout ceci, quand vous reverrez cette fille, elle aura perdu à vos yeux toute la superbe qu’elle avait auparavant. Ce sera terminé du personnage semi-christique pour lequel vous aurez tout donné et à ce moment-là, vous ne l’aimeriez plus vous même et l’idée de se mettre en couple avec elle sera devenu incongrue mais cette fois-ci, vous serez pleinement maître de cette décision.

    J’estime que si on n’en ait pas encore arrivé faire le tour de ces trois thèmes en ayant compris la conclusion qui s’imposait, c’est qu’il reste du travail à faire sur soi-même.

    La première possibilité est l’idéale, celle dans laquelle vous faites preuve de grandeur parce que vous êtes grand. La seconde est inacceptable selon moi, je vais présenter la troisième qui va faire polémique car elle a un côté dark side mais elle me semble acceptable bien qu’elle n’atteigne pas le niveau de la première.

    Elle vous plaît physiquement, en bon (apprenti) séducteur, vous allez tenter de la séduire. Toutefois, vous êtes au courant des trois raisons que j’ai détaillées plus haut donc le but ne sera pas de se mettre en couple avec mais clairement de coucher avec pour peut-être en faire une « friend with benefits » mais RIEN DE PLUS. Ce qui signifie qu’au cas où vous êtes un séducteur brillant et vous réussissez à coucher une ou plusieurs fois avec la demoiselle et que celle-ci veuille se mettre en couple, vous devez dire non parce que vous n’êtes pas amoureux d’elle.

    Oui, c’est laid, ça fait très goujat mais je considère cette attitude acceptable. Si la demoiselle est contre le maintien d’une relation purement sexuelle et veut une relation de couple, il y avait le « vous d’avant » pour cela et lui a dit NON. De plus, cette fille vous a déconsidéré en tant qu’homme en vous prenant comme un homme en sucre, une putain affective en vous niant la puissance sexuelle et sexuée que tout homme a en lui. Du coup, je ne vois aucun mal à lui faire éclater en pleine face votre potentiel sexué enfin révélé pour lui faire comprendre qui…domine désormais. Bien sûr, soyez subtil dans ce genre d’entreprise, une main de fer dans un gant de velours comme toujours mais gardez les idées claires.
    C’est cruel et laid comme manière de pensée et j’ai conscience qu’un public féminin m’haïrait pour cela mais en même temps, « don’t hate the players, hate the game » car c’est lui le responsable. Si la grande gentillesse, disponibilité, honnêteté serait la clé du succès, tous les hommes dans leur relation avec les femmes seraient tirés vers ces valeurs-là. Hors les nice guy ont bien moins de succès que les bad boy donc les hommes en séduction sont forcément emmenés vers les valeurs du bad boy d’où l’apparition de salauds qui ne sauront pas conserver des limites. Eh oui, ce qui est plus cruel pour les femmes dans cette situation, c’est que vous en êtes beaucoup plus responsables que les hommes.


  27. Tellement vrai! Dommage que ce petit manuel ne soit pas fournis à tout les hommes à leur naissance 🙂



  28. Quakeerc

    Je voudrais apporter ma petite pière à l’édifice , ou plutôt , poser un nom , sur ceci:
    Dans le même ordre d’idées, vous avez les filles que la vie a brisées : enfance douloureuse, obésité juvénile, petit copain odieux ou métier de merde. Éloignez-vous de ces gens : leurs complexes les ont rendus à la fois particulièrement intelligents, retors et toxiques. Ils aspireront votre énergie pour vous donner de la pesanteur en échange, autant de souffrances et de problèmes dont ils se délestent sur votre dos, quand ils ne les feront pas carrément naître à l’intérieur de vous en jouant sur vos faiblesses SANS que vous vous en rendiez compte. Ne vous étonnez donc pas qu’une fille qu’un homme a brisée vous explique comment elle se fait défourailler par le premier mec venu en sachant pertinemment que vous êtes amoureux d’elle : c’est ce besoin post-rupture de revanche sur le sexe opposé (de préférence sur un membre faible de ce sexe, auquel elle ne fait que semblant de tenir). Vous savez, celui qu’on a tous eu après une relation longue et prise de tête : « les filles sont toutes des garces, je tromperai la prochaine« . Sachant ça, votre déclaration faite, ne venez pas pleurer si ce soudain rapport de domination écrasante a été mis à profit pour faire de vous un cœur passé au mixeur. »

    Ces personnes , ont les appelles des « p.n » , autrement dit des « pervers narcissique » , ne rigolez pas , c’est très sérieux , et , ce genre de personne peuvent très bien être aussi bien dans la peau d’une femme , qu’un homme , et ça touche toute les couches sociale , avec des petite varientes , mais très souvent , la quintécence du caractère est le même :
    -ce type de personne est en réalité vide en tout point , une coque vide , l’origine est divers et variée comme le dit l’article , si bien que :
    -elle mime ses émotions , car elle n’en a pas , , la manipulation , trouver les points faibles est inné pour lui/elle (le pn)



  29. Steph

    Bonjour!

    Cela me fait penser à ma situation avec un ami. Qu’est-ce qu’on fait dans le cas inverse?

    Je résume. Un ami qui est devenu un fuckfriend qui est tombé amoureux de moi s’est pris un râteau parce que c’était trop prématuré pour moi, il ne m’intéressait pas. Il a appliqué votre tactique sans s’en rendre compte je présume et BAM! J’ai foncé en plein dans son piège. Le souci c’est que je lui ai fait savoir que j’avais maintenant des sentiments pour lui, il m’a répondu qu’il n’en était plus là. Cependant, je trouve ses faits, gestes et paroles envers moi très ambigus et drôlement généreux pour quelqu’un qui dit être passé à autre chose et n’être qu’un bon ami. Cela fait maintenant plusieurs mois que j’en suis amoureuse, je lui ai avoué il y a plus ou moins un mois.

    Je suis une fille de 26 ans, il en a 23. Vous me conseillez quoi?



  30. doudou

    Bonjour, article vraiment super intéressant. Je me demandais si vous pouviez me donner des conseils? Je suis moi-meme dans la friend zone d’une amie. On se connais depuis 2 ans mais ce n’est que l’an dernier que j’ai commencé à etre attiré par elle. Après quelques moi de rapprochement j’ai fini par commettre l’erreur de me lancer et elle m’a gentiment repoussé. J’ai coupé le contact un mois en gros, profité de l’été pour me changer les idées. J’ai en plus déménagé pour les études. On avait repris contact pendant l’été et les choses se sont accélérées, j’ai retenté ma chance dernièrement, elle n’a pas changé d’avis sur moi. Pour elle les choses ont été claires dès le début, on est juste ami. Meme si elle a fait le déplacement plutot couteux et long pour venir (600 km). Elle me dit qu’elle ne veut pas de relation maintenant. Elle n’a jamais eu de relation sérieuse en fait (on a 21 ans). Voici donc ma question: après en avoir parlé, je lui ai dit que j’allais devoir m’éloigner. Pas rompre totalement les liens mais m’éloigner. Concrètement et contrairement à elle j’ai eu beaucoup de relations avant. Mais là je suis persuadé que ça pourrait etre sérieux. Ma question concerne l’éloignement. En fait je pense tout simplement arreter de la voir et de lui parler pour un an. Avec les études c’est plus simple. 1 an et de mi peut etre. Pensez-vous que c’est trop extreme? Comment bien géré cela? Je veux passer à autre chose, j’ai plein d’amis mais je reste persuadé au final que ce sera elle la bonne.



  31. mathias

    Article de feu de dieu, étant moi même dans la friend zone avec une amie que je voulais, j’ai eu droit à cette phrase mortel:

    « je m en fout de ton sexe (homme ou femme) je te vois comme mon petit frère »

    Ca m’a achevé. le pire de tout, cette fille fais du pooldance et comme je me débrouille bien en photo, elle veut que je les fasse d’elle et de sa copine qui est casée. Non mais, c’est une torture. La voir en bikini sur sa barre. J’ai fais la connerie de l’aider durant 15 jours a refaire un portfolio, on c’est vu tout les jours.

    Et dire que sa avait si bien commencé, je la taquinait touchait . Je pense que c’est au 2 eme rdv ou l’on c’est vu y a 3 semaine environs, y a eu je dirais 10 sec de regard intense et j’ai pas oser là l’embrasser.


  32. AryNara > Merci de ton retour.

    L’amitié garçon – fille ce n’est pas un débat nouveau. On remarque que dans 90% des cas, quand le rapport de « séduction » disparaît, c’est tout l’intérêt de continuer à « investir son temps dans une fille » qui s’en va avec. La conclusion de l’article se veut plus nuancé sur la « construction du connard » que tu décris : il y a d’autres « intérêts » à voir une fille que tu ne pénétreras jamais, à commencer par toutes les autres choses que vous allez pouvoir vivre. Le problème c’est qu’une fille en couple change aussi son comportement et sa manière de considérer son entourage (le passage au « nous » d’un bonheur qui ne se partage pas). Une personne en couple zappe généralement ses amis, annule des rdv « pour une soirée en amoureux », ramène son doudou à des buveries de célibataires et à tendance à vouloir changer. Tu te diras peut-être exception, mais sache au moins que c’est la règle.


  33. Très intéressant. Mais je suis d’accord avec Thocast  » s’il y a friendzone à la base, c’est qu’il y a déjà un problème irrésoluble qui aboutira jamais à une vraie relation amoureuse, quels que soient les efforts consentis « .
    Depuis que je suis en couple, mes amis de sexe masculin me fuient. Tous espéraient « quelque chose » de ma part. J’ai été vraiment déçue de leurs arrières-pensées et je ne souhaite plus garder contact avec des hommes qui ne pensent qu’à me sauter dessus.
    Des amis mâle qui, aussi, ont essayé votre tactique (parce que vous n’avez rien inventé hein) à mes yeux sont surtout passés pour des connards, des manipulateurs, etc. Moi j’aime bien les garçons gentils et compréhensifs qui acceptent mon amitié. Je les aide même à trouver une copine, je ne suis pas l’attentionwhore des Chevaliers du Zodiaque, nom d’un chien. Je préfère les amis aux amiEs, car j’ai toujours été un garçon manqué, point barre. Les filles je les trouve méchantes et du genre « syndrome d’Athéna », justement.
    Conseiller à des garçons de se transformer en connard pour pécho, je trouve ça méchant. Toutes les filles n’aiment pas les connards, bon sang. Et je suis d’accord avec le fait que l’amour ne naît pas d’une longue amitié. Mon copain n’a pas été mon bestààààh. Et il n’a pas eu besoin de faire son connard pour me séduire.
    Joli article, dommage pour ces conseils, ça marche peut-être sur quelques pétasses sans coeur, mais mon conseil aux frienzonés: abandonnez tout de suite, ce n’est pas la femme de votre vie, c’est un putain de fantasme, une fois que vous l’aurez, vous ne l’aimerez plus comme avant. Donc à quoi bon jouer avec ses sentiments? Allez butiner ailleurs. Bordel.



  34. Chaplisk

    Un article excellent et très accessible. Bravo.
    Cependant je me permets une remarque :
    « Complexe d’Athéna » ? J’ai mis un temps fou à comprendre qu’il s’agissait de Saori Kido de Saint Seiya et non pas de mythologie grecque… Sinon ce serait « Complexe d’Hélène » évidemment. A prendre comme une simple remarque et non comme une correction.
    Le prochain article détaillera comment devenir un vrai mââââle ?

    Bonne continuation !



  35. Margaret Garcia

    Finally a person that puts some real work into a blog. I do like what you have done with the blog.



  36. Shruikan

    Chat Cougar FR, je veux bien discuter avec toi. Je suis en manque de sexe avec des robots virtuels et j’ai comme une envie de me faire facturer sur ma carte bleue en échange d’une fausse webcam.

    Sinon, Changeling (rassure-moi, toi, au moins, tu es humain ?), tu as entièrement raison. La situation de la vie réelle a ses contraintes et ses exceptions. Par contre, la philosophie de Bâtard Sensible n’est pas de transformer les particularismes individuels en généralités qu’il faut appliquer H24 7J/7. Notre idée de la chose est la suivante : parmi la plupart des gens qui nous liront, il y aura des Jedi, mais surtout des gens qui sont à 30% de taux de réussite avec leur manière de voir les choses. On veut les emmener à 80% à l’aide de ces généralités dont tu critiques le globalisme. C’est pas 100%, mais qui a dit que c’était réservé à Dieu ?

    PS : ceci dit, il est toujours possible d’aller à 99% dans l’apprentissage des relations humaines. Mais c’est un chemin qu’on parcourt souvent seul



  37. chat cougar fr

    Salut tout le monde , je me nomme une jeune et magnifique femme cougar et j’adore les petits jeunes . Sur le net et à l’extérieur je me fait parfois draguer , et ça me gêne pas , au contraire !



  38. Changeling

    Not bad, le petit dissing de la théorie de l’échelle était rigolo sachant que cet article peut être critiqué de la même façon : ça reste de la théorie générale et chaque situation de vie réelle a ses contraintes qui changent la donne.

    On en retient que se laisser dominer par son amie (ou n’importe qui) ça craint et qu’à moins de parvenir à en jouer finement on est déjà baisé.



  39. DevilDuck

    Merci du conseil, parce que je ne savais comment je devais l’annoncer, mais finalement ton conseil me servira ^^ »



  40. Shruikan

    Laurent > Thanky thanks, tu nous flattes. T’as lu « Les 48 lois du pouvoir » ?

    DevilDuck > Merci aussi.

    Pour le rendez-vous, c’est comme d’hab : à géométrie variable.

    Mais pour parler de la généralité (donc de la majorité, donc de l’option que tu dois envisager dans 85% des cas) : c’est une tactique qui peut faire grimper l’intérêt de la fille.

    Tout ça parce que :
    – Créer de la rareté et de l’absence est une stratégie souvent payante
    – Tu passes pour un petit goujat, ça change des bassets qu’elle a l’habitude de voir la courtiser
    – Tu véhicules, d’un coup d’un seul, trois idées très attirantes : occupé, indépendant, imprévisible

    Envoie-lui un message une heure avant en suggérant subtilement que tu as autre chose à faire. Tu n’as pas à te justifier, à t’excuser exagérément, ni à avoir peur de sa réaction. Tu as peut-être un peu chamboulé son emploi du temps mais il n’y a pas mort d’hommes – loin s’en faut – tant qu’elle n’a pas fait le voyage. Il n’y a aucun coup à rattraper, alors arrête de te biler. Pigé ?

    PS : par contre, pour la suite, ne fais pas d’erreur de timing. Vois si son niveau d’intérêt grimpe & si elle te facilite un peu la tâche. Si elle ne te bombarde pas de messages au bout de deux jours, pour éviter que le niveau d’intérêt ne redescende, recontacte-la et séduis-la en finesse pour le faire grimper avant qu’il ne soit trop tard



  41. DevilDuck

    Très bon article, le style est vraiment agréable on sent la patte de Konrad dans l’article. C’est d’ailleurs ce que je vais essayer d’appliquer avec une fille avec qui je suis friendzonné depuis quelque temps, d’ailleurs l’article est aussi valable pour une fille que l’on essaye d’avoir. J’aurais juste une question: Est-ce qu’annuler un rendez-vous(J’avais prévu un truc avec une fille mais finalement vu que je l’ai déjà vu lundi…) est mal vu par une fille ? Et comment rattrapez le coup si oui?


  42. Criant de vérité tout ça. J’ai eu ma période où je collectionnais ce genre de trucs. J’ai souvent réussi à les garder comme de véritables amies au final, et bien qu’une soit sortie de ma vie selon le bon principe du « avoid the unlucky and the unhappy », j’ai le plaisir d’avoir 2 amies très chères, qui font partie des personnes les plus importantes dans ma vie, et pour lesquelles je n’ai plus aucune attirance, même si j’ai encore des yeux pour voir (meaning : non, elles ne sont pas devenues moches entre temps :P). Et pour un homme, avoir des amis belles et intelligentes, c’est quand même particulièrement appréciable (pour 12 000 raisons).

    Sinon ya 2 définitions épiques dans cet article : celle du type attirant (longue), et celle de l’honnêteté (courte). La 1ère est vraiment bonne pour faire le point sur le comportement qu’on a avec une nana qui te fais pas mal tourner la tête. Ca ressemble à une espèce de checklist qui permet de savoir si malgré ton intérêt peut-être un peu trop important/obvious, t’équilibres en lui faisant un joli effet « blow your mind ».

    Je ne résiste pas à les remettre là, pour mémoire.

    Celui qui lui parle de banalités du quotidien avec sa petite analyse psychiatrique à la Gérard Miller ou le mec qui l’emmène en courant vers l’inconnu ? Celui dont les allusions sont engluées d’amour ou celui qui pimente ses fantasmes ? Avez-vous suffisamment de culture à partager ? Avez-vous des passions qui vous font vibrer ? De celles dont vous pouvez parler avec tellement d’enthousiasme que vous sentez votre auditoire vibrer et les filles sourire en retenant leurs questions pour ne pas vous interrompre ? Connaissez-vous des endroits magiques dans votre région ? Savez-vous cuisiner autre chose que des boîtes de raviolis Monoprix ? Avez-vous des amis cools et pas crevards à lui faire rencontrer ? Transmettez-vous de l’énergie et de la joie quand vous lui parlez ? Êtes-vous capable d’éveiller en elle des émotions plus positives et addictives que la drogue qu’on vend dans les halls de la Courneuve ? En un mot comme en cent, êtes-vous un type attirant ?

    L’honnêteté, c’est avoir une conduite droite et digne qui ne tolère ni mesquineries, ni mauvais mensonges, et non de dire à qui veut l’entendre ce qu’on a sur le coeur.



  43. Shruikan

    Tu sais que c’est une super question que tu viens de poser, Kurao ?

    La réponse est prévue… dans un prochain article



  44. Kurao

    Nice.

    Avec du temps y’a donc moyen de reprendre sur un loop en fait :

    SI le cas de figure est le 4, c’est que y’a eu un problème.

    Après, si on est mentalement enfermé sur UNE fille, c’est la qu’il faut reprendre depuis le début (L’homme aime le défi).
    Un peu à la manière d’un Izanami, mais sans la classe d’Itachi.

    Maintenant ma question c’est quand on devient un ex, on se situe où. Et quel schéma il va falloir appliquer.

    A. –



  45. Thocast

    Sur ce point là nous sommes d’accord, disons que je considère plus cet article comme un ouvrage de prévention que de correction. Et pour ça il est excellent, sans compter que vous avez visiblement bien capté l’esprit, c’est criant de vérité. :j



  46. Shruikan

    S’il y a FriendZone à la base, Thocast, ça peut être pour les mêmes raisons que celles pour lesquelles tu n’as pas réussi à embrasser CETTE fille à 1h du matin : il y a un moment où tu t’es planté comme une merde, alors que tu avais toutes les cartes en main pour abattre ta quinte flush.

    Si des empires ont pu être détruits par une simple phrase, que dire d’une relation avec du potentiel ?



  47. Thocast

    Même, je crois assez peu aux relations durables qui suivent une situation de ce type, pour moi, s’il y a friendzone à la base, c’est qu’il y a déjà un problème irrésoluble qui aboutira jamais à une vraie relation amoureuse, quels que soient les efforts consentis – donc autant se forcer un peu et tâcher de développer une relation amicale, peut être quelque peu ambigüe, mais viable si on s edonne la peine de passer à autre chose sur le plan amoureux. Enfin je sais pas, mon expérience dans ce domaine est drastiquement limitée et c’est peut être ce que vous dites, faut encore que je termine l’article. :v


  48. Thocast > part du principe que toutes les amitiés hommes/femmes ne sont pas semblables à la tienne. C’est même parfois carrément malsain : le mec amoureux à l’origine et la fille qui en profite un peu pendant un ou deux ans.

    Ca peut aussi être l’inverse : l’homme qui se conduit comme dans notre article avec ses amies « vraies » a des chances de les voir subitement multiplier les crises de jalousie, regards bavant de miels et attouchements discretos. Si ce n’est pas ton but c’est pas nécessairement souhaitable.



  49. Thocast

    Bonne description, le seul soucis étant que je ne vois pas l’intérêt d’essayer d’en sortir, on se fait très bien à la friendzone réciproque (les veux appellent ça de l’amitié je crois en fait).

    Je suis plutôt d’accord avec la fin de l’article, je préfère une amitié franche et solide qu’une pseudo histoire d’amour qui capote en deux semaines faute de réelle attirance. En plus je sais pas, il me semble qu’à partir du moment où t’es friendzoné, vaut mieux lâcher tout de suite, c’est le signe que ça marchera jamais vraiment. Les tourmenté par leurs hormones qui besoin d’une sexfriend, feraient sans doute mieux aller te faire des inconnues en boite, c’est moins casse pipe et ça t’évite de niquer tes relations amicales pour rien, dans les deux sens du terme.

    Enfin, je garde ça sous la manche en cas de coup de foudre non réciproque inopiné, cimer. Ce commentaire fleure bon l’originalité et le captain obvious intense.



  50. Shmuel

    Bien rédigé
    Style agréable
    Techniquement correct et complet
    trop long.

    Par contre j’attends avec impatience des articles dans d’autres domaines 🙂



  51. Marc

    C’est long mais c’est foutrement intéressant, bravo pour cet article (vous ne me connaissez pas mais je vous suis de loin ^^)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.